« Les jeunes talents de l'agriculture » Vincent : « L'idée de faire du bio était ancrée en moi »

Terre-net Média

Vincent est fils d'agriculteur et passionné depuis toujours par l'agriculture. Pour autant, son installation n'a pas été si simple et l'a obligé à prendre certaines décisions plus rapidement que prévu. Mais pas celle de se convertir à l'agriculture biologique, « ancrée » en lui depuis longtemps. Son témoignage est le troisième de la série présentant, en quelques lignes, les spécificités des parcours et projets des jeunes agriculteurs qui ont inspiré le livre de Christophe Dequidt, consultant, et de son épouse Sylvie : Le tour de France des jeunes talents de l'agriculture.

Il ne suffit pas d'être fils d'exploitant agricole et de vouloir faire ce métier depuis tout petit pour que l'installation soit facile. Vincent a même dû recommencer son étude prévisionnelle (Epi) et prendre certaines décisions plus vite qu'il le ne pensait. Sauf une : convertir l'une des deux exploitations gérées par son père, celle près de Provins (Île-de-France), à l'agriculture biologique. Une « idée ancrée » en lui depuis longtemps, à laquelle il avait sensibiliser son papa mais qui n'avait pas pu se concrétiser jusque-là par manque de temps, en raison notamment de l'éloignement entre les deux fermes.

Voir aussi l'infographie interactive sur le parcours à l'installation :
S'installer en agriculture : comment bien s'y prendre

« J'adore l'agronomie. Le bio permet la pleine expression d'une approche différente de la production que je juge plus spécialisée et naturelle », estime-t-il. Mais pour pouvoir se lancer, il a besoin d'être bien accompagné. Coachs, ETA avec laquelle il travaille, techniciens de la chambre d'agriculture, voisins agriculteurs : Vincent va être très bien entouré, ce qui est indispensable en bio, où « rien n'est vraiment écrit »...

Ce qu'il faut retenir de ce témoignage selon les auteurs
  • Il ne faut jamais abandonner une idée qui tient à coeur malgré les moqueries que l'on peut entendre.
  • L’agriculture bio est bien plus exigeante et plus technique : il faut avoir l’humilité de se faire aider par des voisins expérimentés.
  • Séparer en deux l’exploitation avec une partie bio et une autre conventionnelle permet de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier.
  • Le bio est bien plus risqué aussi bien au niveau des résultats quantitatifs qu’économiques : mieux vaut prendre des assurances.
  • Avoir un soutien familial total pour faire évoluer ses cultures vers le bio est à la fois rassurant et motivant.
  • Il ne faut pas opposer le bio et le conventionnel : les jeunes agriculteurs qui se convertissent le font par idéologie.
Tous ces jeunes talents ont un point commun, ils se sont formés récemment et sont entrés dans la communauté Atouts Jeunes, développée par Campus Triangle, preuve de leur vision positive de l'avenir.

 

couverture du livre le tour de france des jeunes talents de l agriculture de christophe dequidt
(© Editions France Agricole)


Retrouvez le témoignage complet de Vincent dans le livre de Sylvie et Christophe Dequidt, Le tour de France des jeunes talents de l'agriculture, paru aux Éditions France Agricole.
Lire aussi la présentation de l'ouvrage par son auteur, publiée sur Terre-net :  Christophe Dequidt − « Un tour de France des jeunes talents de l'agriculture »

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous