Agriculture bio Les grandes cultures bio en plein essor en France et en Europe

Terre-net Média

L'agriculture biologique connaît un véritable engouement en France et en Europe. Et les grandes cultures y occupent une place centrale.

Champ de bléDepuis 2015, les surfaces de grandes cultures bio enregistrent une forte progression en France, avec environ 65 000 ha supplémentaires chaque année. (©Terre-net Média) L'agriculture biologique connaît un véritable engouement en France depuis plusieurs années. « Le marché des produits bio se développe pour atteindre 8,3 milliards d'euros de vente en 2017, avec une croissance annuelle de 18 % », présente Emmanuel Leveugle, agriculteur bio et vice-président du groupe bio d'Intercéréales et de Terres Univia. Et dans ce développement, les grandes cultures bio occupent une place centrale, elles sont destinées à l'alimentation humaine et surtout à l'alimentation animale.

Depuis 2015, les surfaces de grandes cultures bio enregistrent « une forte progression en France, avec environ 65 000 ha supplémentaires chaque année ». Fin 2017, « 392 844 ha de grandes cultures (environ 14 000 fermes) sont engagés en bio, soit 3,3 % des surfaces nationales. La croissance des surfaces engagées en 2018 est estimée à près de 20 %. En agriculture bio, « l'assolement est nettement plus diversifié, avec une présence accrue de céréales secondaires, de soja, d'associations céréales-légumineuses, de protéagineux, de légumes secs et une introduction plus régulière de luzerne dans la rotation », souligne Emmanuel Leveugle.

Évolution de la collecte en grandes cultures bioÉvolution de la collecte en grandes cultures bio (©Acte des 2e rencontres des grandes cultures bio, Arvalis/Itab/Terres Inovia, 2019) Avec le "Plan Ambition bio 2022", ce développement est amené à se poursuivre, selon Emmanuel Leveugle. Parmi les objectifs visés : 15 % de la SAU française engagée en bio et un doublement des surfaces en grandes cultures bio d'ici 2022.  Pour accompagner cela, il sera nécessaire « d’investir au niveau des capacités de stockage et de transformation et d'anticiper les nouveaux volumes de grandes cultures sur les marchés ». L'agriculteur note aussi un réel besoin de nouvelles filières en bio comme « la betterave sucrière, le blé dur, les légumes d'industrie et l'orge de brasserie ».

Un développement marquant aussi chez nos voisins européens

Le constat est assez similaire en Europe :  « le marché bio européen a triplé entre 2004 et 2017 », précise Burkhard Schaer du bureau d'études Ekozept. « Près de 2,45 millions d'hectares de grandes cultures étaient engagés en bio fin 2016 dans l'Union européenne (en croissance de 12 % par rapport à 2015) et cela se maintenait en 2017 ». « La tendance est à la consommation verte, même au niveau mondial. Et la demande progresse plus fortement que l'offre en grandes cultures ».

Parmi les principaux freins soulevés par le spécialiste :

  • « La facilité de la rotation conventionnelle colza-blé-orge »
  • « La valorisation difficile d'une partie de la rotation bio, comme la luzerne ou les légumes secs »
  • « Le développement faible des filières industrielles (pomme de terre, betterave sucrière) ».

Toutefois, « certains de ces freins sont en train de sauter ». Avec les attentes sociétales fortes (réduction des intrants...), les industriels s'intéressent de plus en plus à l'agriculture biologique. Burkhard Schaer encourage donc à la conversion : « il y a trop peu de céréales et d'oléo-protéagineux aujourd'hui ». Mais attention, cela ne doit « pas se faire sans le montage de filière solide ». L'organisation des filières est indispensable pour en assurer leur pérennité.

Article réalisé suite à la journée 2e rencontres des grandes cultures bio, organisée par Arvalis-Institut du végétal, l'Itab et Terres Inovia le 22 janvier 2019.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous