Nouveau gouvernement Julien Denormandie, nouveau ministre de l’agriculture

Terre-net Média

Si le départ de Didier Guillaume semblait probable, le nom de Julien Denormandie pour le remplacer avait été peu évoqué. Au gouvernement depuis juin 2017, d’abord comme secrétaire d’État auprès du ministre de la cohésion des territoires, puis ministre du Logement et de la Ville, ce proche d’Emmanuel Macron, âgé de 39 ans, est en tout cas attendu sur un grand nombre de chantiers agricoles en cours.

Julien Denormandie, nouveau ministre de l'agricultureJulien Denormandie, nouveau ministre de l'agriculture (©Jacques Paquier / CC BY (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0))

Ingénieur des ponts, des eaux et des forêts, Julien Denormandie a été nommé le 6 juillet ministre de l’agriculture au sein du gouvernement de Jean Castex. Proche d’Emmanuel Macron dont il était directeur de cabinet adjoint, l’homme de 39 ans, jamais élu local, est au gouvernement depuis juin 2017 : d’abord en tant que secrétaire d’État auprès du ministre de la cohésion des territoires, puis ministre du logement et de la ville auprès de Jacqueline Gourault lors du remaniement d’octobre 2018, son nom a été cité à plusieurs reprises ces derniers jours pour une promotion vers un ministère plus haut placé.

Didier Guillaume quitte quant à lui le gouvernement. Si la crise sanitaire a mis l’agriculture et son ministre sur le devant de la scène à plusieurs reprises, l’ancien sénateur avait cependant montré des signes de lassitude dès la fin de l’année 2019, annonçant sa candidature pour les élections municipales à Biarritz et assurant vouloir aller jusqu’au bout quitte à devoir quitter le gouvernement pour être plus libre de faire campagne (contre la liste du maire sortant, sur laquelle figurait un autre membre du gouvernement, Jean-Baptiste Lemoyne). Emmanuel Macron avait finalement sonné la fin du match en ordonnant à ses deux ministres de se retirer.

Si en échange de ce retrait, Didier Guillaume pouvait peut-être espérer un autre poste, ce ne sera pas, en tout cas, au sein de la nouvelle équipe gouvernementale. Il laisse au nouveau ministre un certain nombre de dossiers en cours, sur lesquels les agriculteurs seront sans doute en attente d’avancées concrètes. C’est le cas, notamment, de la loi Egalim qui tarde encore à porter ses fruits, ou de la loi foncière, attendue par tous, qui ne devrait finalement pas voir le jour avant la fin du quinquennat, même certaines mesures pourraient être adoptées par ordonnance. L’impatience est également forte au sujet du plan protéines, qui devrait être dévoilé à la rentrée. Enfin, le ministre aura à négocier la future Pac à Bruxelles.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous