[Infog/Data] Ministère de l'agriculture Quelle place du ministre de l'agriculture au sein du gouvernement ?

Terre-net Média

Les changements de gouvernement suscitent régulièrement des interrogations quant à l’identité du futur ministre de l’agriculture, mais qu’en est-il de la place de son ministère au sein du gouvernement ? Si l’écologie prend depuis plusieurs années une importance croissante, le rang protocolaire du ministre de l’agriculture recule-t-il au fil des ans, témoignant de la perte d’influence du secteur agricole dans la politique et, plus globalement, dans la société ?

Quelle place du ministère de l'agriculture et de ses sujets dans les priorités au sein du gouvernement ? du gQuelle place du ministère de l'agriculture et de ses sujets dans les priorités au sein du gouvernement ? (©Terre-net Média) 

Suite au changement de gouvernement, Didier Guillaume quitte finalement le ministère de l’agriculture (et le gouvernement), remplacé par Julien Denormandie, qui est attendu sur plusieurs sujets (foncier, plan protéines, réforme de la Pac, suite de la loi Egalim…) avec, depuis la crise sanitaire, des attentes sociétales renforcées vis-à-vis de la souveraineté alimentaire, mais aussi vis-à-vis de la protection de l’environnement et du changement climatique.

Son homologue au ministère de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, part au ministère du travail, et est remplacée par la députée de la Somme Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la biodiversité entre 2016 et 2017, puis présidente de la commission développement durable à l’Assemblée nationale. Le chef de l’Etat souhaitait en effet une nouvelle incarnation de son « virage vert » pour rassurer quant à sa volonté d’avancer plus rapidement sur les sujets environnementaux, dans le sillage de la convention citoyenne pour le climat qui lui a rendu fin juin 149 propositions pour permettre à la France de réaliser ses objectifs de réduction de gaz à effets de serre.

Dans ce nouveau gouvernement mené par Jean Castex, les deux ministres arrivent, sur 17 ministres, 16e (pour l’agriculture) et 3e (pour la transition écologique) dans la hiérarchie gouvernementale. Une stagnation pour le ministère de l'agriculture, mais une promotion pour l'écologie. Est-ce significatif de la place accordée à leurs sujets respectifs par le président de la République ?

Retrouvez dans l’infographie ci-dessous l’évolution des rangs protocolaires des ministres de l’agriculture et de l’environnement depuis 1959 :

La première apparition d’un ministre délégué à la protection de la nature et à l’environnement remonte à 1972, avec la nomination de Robert Poujade. Dans les gouvernements suivants, le portefeuille de l’environnement relève soit de secrétaires d’État ou de ministres délégués, soit n’est pas dévolu. La pérennité semble acquise à partir de 1991, où le portefeuille de l’environnement revient systématiquement à un ministre.

On constate que si le rang protocolaire du ministre de l’agriculture reste relativement stable depuis le début de la Vè République, les ministres de l’environnement sont de plus en plus haut placés dans la hiérarchie gouvernementale. Un signe de l’importance relative de ces sujets au sommet de l’État ? 

La réforme de la Pac de 1992 semblent, en tout cas, avoir eu un impact sur la place du ministère de l'environnement, qui progresse à ce moment-là de plusieurs rangs au sein du gouvernement.

Si ce comparatif reflète bien l’importance croissante qu’a pris l’écologie dans les préoccupations politiques et sociétales actuelles, il faut cependant relativiser la signification du rang protocolaire, sachant que l’importance des personnalités politiques à la tête des ministères a également une influence. On peut remarquer que les ministres de l’agriculture qui ont eu les rangs les plus élevés ont ensuite eu des fonctions plus importantes (Jacques Chirac, Michel Rocard, Edith Cresson…). Parallèlement, Delphine Batho, jeune ministre de l’environnement sous François Hollande, n’arrivait qu’en onzième position dans la hiérarchie des ministres, tandis que deux ans plus tard, sous la même présidence, Ségolène Royal, ancienne ministre et ancienne compagne du chef de l’Etat, est troisième en occupant ce poste.

33 ministres de l'agriculture depuis 1958

Julien Denormandie est la 33e personnalité à s'asseoir dans le fauteuil de ministre de l'agriculture depuis le début de la cinquième République, en 1958. Des ministres aux bilans hétérogènes, certains étant resté un mois en place, d'autres quatre ou cinq ans. 

Retrouvez dans la Timeline ci-dessous tous les ministres de l'agriculture de la V e République.

A vous de jouer !

Vous connaissez la biographie de tous ces ministres sur le bout des doigts ? Voilà un petit test pour le vérifier.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous