Pommes de terre et bière Le gouvernement s'engage à aider directement les producteurs

AFP

Les producteurs de bières et de pommes de terre industrielles, qui ont vu leurs stocks s'accumuler avec la fermeture des bars et restaurants, seront « directement » aidés par l'État, a indiqué mercredi le ministre de l'agriculture Didier Guillaume.

« Le gouvernement a souhaité aider directement » ces deux filières, a-t-il déclaré lors des questions d'actualité au Sénat, sans préciser les modalités ni les montants de ces mesures. « Les montants définitifs sont en cours d'arbitrage à Matignon », a-t-on précisé au ministère de l'agriculture et de l'alimentation.

Mi-mai, l'Union nationale des producteurs de pommes de terre avait chiffré à 200 millions d'euros les pertes pour la filière du fait de l'absence de débouchés pour plus de 450 000 tonnes de pommes de terre habituellement vendues aux usines à frites. Son président Bertrand Achte demandait à l'État de mettre « 35 millions d'euros sur la table » pour subventionner le conditionnement et le transport des invendus afin qu'ils puissent servir à nourrir du bétail ou produire de l'énergie via la méthanisation. Selon plusieurs sources syndicales et politiques, Didier Guillaume s'est engagé la semaine dernière à soutenir la filière à hauteur de 10 millions d'euros.

Les brasseurs avaient quant à eux réclamé une aide à la destruction de leurs stocks pour une enveloppe comprise entre 4 et 5 millions d'euros. La viticulture et l'horticulture, aussi durement affectées par les conséquences de la crise sanitaire sur leurs ventes, ont déjà fait l'objet de « mesures spécifiques » à hauteur respectivement de 170 et 25 millions d'euros.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous