Action de la Confédération paysanne Les militants qui occupaient l'ASP délogés par la police

AFP

Les militants de la Confédération paysanne qui retenaient mardi contre son gré à Limoges le pdg de l'Agence des services et de paiement (ASP), chargée notamment de distribuer les aides de la Pac, ont été évacués par les forces de l'ordre, a constaté un photographe de l'AFP.

Le pdg, Stéphane Le Moing, était retenu contre son gré depuis mardi matin par des militants du syndicat qui occupaient le siège national de l'ASP depuis lundi pour protester contre les retards de paiement des aides de la Politique agricole commune (Pac). Ils avaient passé la nuit sur place. Le ton était monté dans la matinée lors d'une réunion entre le pdg de l'Agence et une délégation d'agriculteurs, et ces derniers avaient décidé de retenir les dirigeants dans une salle de réunion vers 9h30. Des manifestants bloquaient par ailleurs l'accès aux parkings des agents de l'ASP, et la sortie de ceux déjà dans l'agence.

Aux alentours de 15h, les CRS ont délogé par la force la cinquantaine de manifestants qui se trouvaient sur place. Peu avant, dans un communiqué, le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, avait « condamné » l'action des militants de la Confédération paysanne et « dénoncé la pression psychologique induite sur les personnels de l'Agence ». Pour le ministre, « cette action pénalise l'ensemble des agriculteurs, les agents de l'ASP étant mobilisés pour le versement des aides européennes ».

Stéphane Travert a rappelé que, « dès son entrée en fonction, il s'est saisi de cette question cruciale du paiement des aides Pac non versées au titre des années 2015 et 2016 », se rendant à l'ASP à Limoges et « confirmant l'échéancier de versement sur lequel le gouvernement s'est engagé le 21 juin ».

« En posant des conditions impossibles comme préalable à toute négociation, le ministre a volontairement rompu le dialogue avec les paysannes et les paysans, pourtant venu(e)s avec des propositions précises », a dénoncé la Confédération paysanne après l'évacuation. Le syndicat estime que « le ministère n'apporte aucune réponse aux points soulevés par la Confédération paysanne, ni sur l'augmentation des aides à la trésorerie, ni sur la prise en charge des frais bancaires dus au retard de paiement, ni sur les contrôles », pression supplémentaire pour des exploitations déjà mises en difficulté par le retard des aides Pac.

Le secrétaire national de la Confédération paysanne, Nicolas Girod, présent sur place a également dénoncé un « échéancier pas satisfaisant » et demandé une nouvelle fois que les « aides à l'agriculture bio et à l'agriculture paysanne ne soient pas le parent pauvre » des versements.

La Confédération est dressée depuis des mois contre « l'urgence absolue » que vivent des agriculteurs en attente de versements d'aides de la Pac, encore pour 2015 et pour 2016. Des retards accumulés qui concernent surtout les aides à l'agriculture bio et aux mesures agro-environnementales et climatiques (Maec), dénonce le syndicat. L'ASP a rappelé lundi qu'elle était engagée sur l'échéancier accéléré promis fin juin par le ministère, et qui portait sur un règlement en novembre des aides bio et Maec 2015, et avant mars 2018 des mêmes aides au titre de 2016.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous