Travailleurs agricoles Avec le coronavirus, certaines filières risquent de manquer de bras

Terre-net Média

Avec la restriction des déplacements et l’augmentation de la demande alimentaire liée au Covid-19, les employeurs agricoles s’inquiètent des difficultés qu’entraîne la fermeture des frontières pour le recrutement de salariés saisonniers.

L'agriculture risque de manquer de travailleurs à cause du coronavirusL'agriculture risque de manquer de travailleurs à cause du coronavirus (©Nadège Petit @agri_zoom) 

Le gouvernement ayant bien réaffirmé que l’agriculture était un secteur prioritaire, en pleine crise liée au Covid-19 (coronavirus), le secteur agricole doit se donner les moyens d’assurer la production, d’autant plus que la demande de la grande distribution est en augmentation : les Français étant majoritairement confinés chez eux, la restauration hors domicile n’assure plus que très peu de repas, au bénéfice des repas pris à la maison.

Si la situation profite aux filières qui fournissent la distribution, les secteurs qui emploient beaucoup de saisonniers ont alerté le 18 mars des difficultés de recrutement à venir, en raison de la fermeture des frontières. « Aujourd’hui, alors que les récoltes débutent, que les semis des cultures de printemps ont commencé, les agriculteurs employeurs sont extrêmement préoccupés par la fermeture des frontières », indique la FNSEA dans un communiqué. « Nous craignons que le besoin de main d’œuvre sur les exploitations agricoles ne soit pas satisfait et que des productions soient perdues », ajoute la FNSEA.

La FNSEA demandes des assouplissements temporaires

Pour faire face à la situation actuelle, les agriculteurs employeurs de main d’œuvre souhaitent des adaptations sur le travail de nuit ou sur la durée du travail, en portant la durée maximale du travail à 60h par semaine au lieu de 48h aujourd’hui. Ils demandent également la défiscalisation des heures supplémentaires, des recours facilités aux CDD et au travail temporaire, le recours aux salariés en chômage partiel dans d’autres branches d’activités pour renforcer les entreprises en forte activité, l’ouverture des frontières pour les travailleurs saisonniers au sein de l’UE, ou encore l’autorisation de venir travailler pour les élèves et étudiants agricoles qui le souhaitent, de façon occasionnelle.

Les pénuries de main d’œuvre risquent dans l’immédiat d’impacter le maraîchage, notamment les fraises et les asperges, mais d’autres productions seront directement concernées dans les prochaines semaines si la situation perdure. Sans compter que, comme dans les autres secteurs d'activité, les salariés peuvent également être moins disponibles en raison de problématiques liées à la garde des enfants.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous