Rapport Cyclope La crise Covid, un « contre-choc » énergétique

AFP

L'or, le riz, le blé et le palladium : de janvier à fin avril 2020, seules quatre matières premières côtées sur les marchés mondiaux ont vu leurs cours augmenter, alors qu'une trentaine d'autres dévissaient avec le pétrole, montre la 34e édition du rapport CyclOpe publié mardi, qui qualifie la crise Covid de « contre-choc » énergétique.

Au total, l'indicateur CyclOpe Global produit par le CyclOpe, bible annuelle des marchés mondiaux analysant aussi bien les cours du cacao que ceux du pétrole brut, du coton, du beurre ou du cuivre, a baissé de 42 % pendant la crise du confinement, entre le début de l'année et la fin avril, mais seulement de 10 % si l'on exclut le pétrole, indique le CyclOpe.

« L'énergie, au sens le plus large, aura été la principale victime » de la crise : « la chute des prix du gaz naturel a été tout aussi spectaculaire que celle du pétrole, et dans le sillage, le charbon, malgré la résilience des importations chinoises, a connu un net recul », note le rapport.

Même si les prix négatifs du pétrole n'ont duré « que le temps d'une soirée », à la fin avril « nombre de bruts dans le monde valaient moins de 10 dollars : un « contre-choc énergétique » résume le rapport.

Le pétrole a entraîné dans sa chute les biocarburants comme l'éthanol et donc le maïs et le sucre (qui servent à le produire), ajoute le CyclOpe.

La situation a été plus contrastée pour les autres produits alimentaires avec des prix en hausse pour le riz et le blé du fait de la crainte de manquer de la part de certains importateurs comme l'Égypte et l'Algérie et de quelques exportateurs dans la mer Noire et en Asie. En revanche, les cours des viandes et des produits laitiers ont subi des pressions baissières.

« Il y a dans la crise de 2020 nombre de caractéristiques qui renvoient non pas à 2008, mais à 1974 », ajoute le CyclOpe.

Alors que 1974 a annoncé la fin des « 30 Glorieuses », « je me demande si 2020 n'aura pas annoncé la fin des 30 Glorieuses de la mondialisation heureuse », a précisé pour l'AFP l'économiste Philippe Chalmin, enseignant à l'université Paris-Dauphine, qui coordonne l'ouvrage.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous