; Le blé en hausse

Euronext Le blé reprend des couleurs sur le marché européen

AFP

Les prix du blé étaient en hausse vendredi à la mi-journée sur le marché européen, soutenus notamment par la compétitivité de la céréale française et un repli de l'euro face au dollar.

Les marchés restaient très volatils, attentifs à l'évolution des tensions entre la Russie et l'Ukraine, soutenue par les Occidentaux.

Sur la scène internationale, un nouvel appel d'offres de l'Egypte sera suivi de près par les opérateurs « compte tenu du regain de compétitivité » du blé français à la suite du repli des cours ces derniers jours, conjugué à un repli de l'euro face au dollar, indique le cabinet Agritel.

A noter également, la révision à la hausse en janvier par la Commission européenne de son estimation de stocks de blé, à 13,3 millions de tonnes (contre 12,9 en décembre), « du fait d'une révision à la hausse des importations ».

Au contraire, les stocks d'orges sont revus en baisse, tout comme ceux de maïs, du fait d'une hausse des exportations européennes.

En Amérique du Sud, les nouvelles sont encourageantes pour le maïs, avec des conditions de cultures meilleures en Argentine et une estimation de production en hausse pour les deux récoltes brésiliennes, rapporte Inter-Courtage.

Le ministère brésilien de l'Economie rurale table notamment sur 15,2 millions de tonnes pour la deuxième récolte (safrinha), de loin la plus importante, en hausse de 165 % par rapport à l'année dernière.

Après la flambée des cours en 2021, le CyclOpe, baromètre des marchés mondiaux des matières premières, s'attend, hors événement géopolitique ou climatique majeur, à un retour à la normale en 2022, voire à des baisses de prix sur certains produits en raison notamment du ralentissement de la croissance chinoise.

Au total, il prévoit que la hausse des prix des matières premières sera limitée à 4 % en moyenne, dans ses prévisions annuelles publiées jeudi.

Côté agricole et alimentaire, le CyclOpe relève que pour les grands pays importateurs (Algérie, Egypte, Nigeria, Indonésie), la facture de 2021 a pu être financée par l'augmentation des recettes liées au pétrole et surtout au gaz.

Les fortes hausses des denrées alimentaires l'an passé sont dues essentiellement à la Chine, devenue en 2021 le premier importateur mondial de céréales en augmentant notamment de 152 % ses achats de maïs, ce qui en retour a fait grimper les cours.

Vers 12h30 (11h30 GMT) sur Euronext, le prix du blé tendre gagnait un euro à 278,25 euros la tonne sur l'échéance de mars et un euro sur celle de mai à 276 euros la tonne, pour environ 7 000 lots échangés.

Le prix du maïs gagnait 1,50 euro sur l'échéance de mars à 256,25 euros la tonne et de 2,25 centimes sur celle de juin à 256 euros la tonne, pour environ 450 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

AFP