Chicago Le blé se reprend légèrement, le spectre Omicron s'éloigne

AFP

Les cours du blé se sont un peu repris lundi pour des raisons techniques, le marché s'intéressant de nouveau davantage aux fondamentaux du marché plus qu'aux nouvelles du variant Omicron.

Après avoir atteint, fin novembre, 8,7475 dollars le boisseau, le blé de variété SRW (Soft Red Winter), le plus échangé à Chicago, avait perdu plus de 10 %, emporté par la découverte d'Omicron. Passé le choc initial, « je pense que cela va moins peser » sur les cours, dit Jason Britt, du courtier Central State Commodities. « On dirait que le marché a mis un peu ça de côté pour en revenir aux fondamentaux ».

« L'idée circule que les 8 dollars (le boisseau) pourraient constituer un plancher, ce qui a fait remonter un peu les cours », a décrit le courtier. « Certains pensent que la chute a été trop brutale. » Les fondamentaux du blé sont ceux d'un marché très tendu, où l'offre est inférieure à la demande.

Lundi, le directeur du Bureau économique australien de l'agriculture et des ressources (Abares), Jared Greenville, a déclaré que les pluies diluviennes qui ont arrosé une partie de l'est du pays ces dernières semaines allaient « repousser les récoltes et engendrer des pertes », mais n'occasionneraient pas « une baisse significative » des quantités.

« L'impact sera plus important sur la qualité des grains, avec une proportion plus importante que d'ordinaire de blé fourrager, de faible qualité », a-t-il ajouté, ce qui signifie que la part de la production destinée à la consommation humaine sera moindre, de nature à augmenter la tension sur l'offre.

Le soja s'est lui replié lundi, digérant le bond de vendredi (+ 1,84 %).

L'annonce d'exportations américaines hebdomadaires en haut de la fourchette des prévisions, ainsi que d'une commande chinoise de 130 000 tonnes étaient de nature à pousser les cours.

Mais l'effet a été compensé, selon Jason Britt, par l'anticipation d'une possible révision à la baisse des exportations pour la saison 2021/22, ce qui augmenterait les stocks de fin de campagne par rapport aux prévisions.

Le ministère américain de l'Agriculture (USDA) donnera davantage d'éléments à ce sujet jeudi dans son rapport mensuel Wasde, toujours très attendu aux États-Unis mais aussi au-delà.

Le maïs a lui finit quasiment à l'équilibre, les opérateurs ne s'attendant pas à une révision des estimations de l'USDA concernant la plante graminée.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars 2022 a pris 0,31 % à 8,0625 dollars contre 8,0375 dollars vendredi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars a fini quasiment à l'équilibre (- 0,08 %) à 5,8350 dollars contre 5,8400 dollars à la précédente clôture.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier a perdu 0,45 % à 12,6150 dollars contre 12,6725 dollars vendredi.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

AFP