Chicago hebdo Les craintes sur la future récolte font monter le blé

AFP

Les conséquences de la météo sur les récoltes en cours aux États-Unis et en Amérique du Sud ont guidé les cours du blé et du soja cette semaine à Chicago, les prix du maïs profitant de leur côté de bonnes ventes à l'étranger.

BléDans l'Oklahoma, seulement 4 % de la future récolte de blé est dans un état bon à excellent. (©Terre-net Média)

Dans plusieurs États américains où est actuellement cultivé le blé d'hiver, le temps sec et froid a fait des dégâts sur les cultures. Selon un rapport diffusé en début de semaine par le ministère américain de l'Agriculture, seulement 4 % de la récolte est par exemple considérée comme bonne à excellente dans l'Oklahoma, et 14 % au Kansas. « L'indicateur sur la sécheresse (US Drought Monitor) montre que la tendance ne va pas s'arrêter de sitôt », a souligné Dewey Strickler de Ag Watch Market Advisors.

Alors qu'une nouvelle vague de froid s'approche, certains craignent que le gel ne frappe des champs non protégés par une couche de neige. Comme de nombreux fonds avaient parié massivement à la baisse sur les cours du blé au cours des semaines précédentes, ils cherchent actuellement à protéger leurs positions, ce qui accentue la progression des cours.

Les stocks mondiaux de soja n'ont jamais été aussi abondants

Du côté du soja, « la météo problématique en Argentine soutenait les cours depuis mi-janvier mais le marché a marqué le pas cette semaine », a indiqué M. Strickler. « Même si les pluies devraient rester limitées la semaine prochaine (dans le pays), toute réduction dans la production sera probablement compensée par le Brésil », a-t-il remarqué en rappelant que les stocks mondiaux n'ont jamais été aussi abondants. Les réserves devraient gonfler encore plus cette année selon lui car au vu de la différence de prix entre le soja et le maïs, les agriculteurs pourraient être incités à semer beaucoup plus d'oléagineux ce printemps.

Par ailleurs, « un rapport a fait état de ventes de soja brésilien à la Chine alors que normalement à cette période de l'année, le Brésil n'exporte pas », a souligné Bill Nelson de Doane Advisory Services. « C'est une source de concurrence directe pour le soja américain. »

Les ventes de maïs à l'étranger ont largement dépassé les prévisions

Les cours du maïs, même s'ils baissent vendredi, ont pour leur part profité au cours des dernières séances d'un rebond des ventes à l'étranger. « L'USDA a fait état de commandes importantes à quatre reprises cette semaine et le rapport hebdomadaire publié jeudi sur les ventes à l'étranger a largement dépassé les prévisions », a souligné M. Nelson. La récente baisse du dollar, qui rend moins chers les produits libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises, a participé à ce regain d'attrait pour le maïs produit aux États-Unis. Les exportations restent toutefois « sous la moyenne nécessaire pour atteindre les prévisions de l'USDA », a remarqué M. Strickler.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le contrat le plus actif, a terminé vendredi à 3,6150 dollars contre 3,5650 dollars vendredi dernier à la clôture (+ 1,40 %). Le boisseau de blé pour mars, également le contrat le plus échangé, a clôturé à 4,4675 dollars contre 4,4100 dollars la semaine dernière (+ 1,30 %). Le boisseau de soja pour mars, contrat le plus actif, a fini à 9,7875 dollars contre 9,8550 dollars vendredi dernier (- 0,68 %).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous