FranceAgriMer Nouvelle augmentation des perspectives d'exports du blé français

Terre-net Média

FranceAgriMer a rehaussé les perspectives d'exports du blé français vers les pays tiers pour la quatrième fois consécutive. Les exportations sont désormais attendues à 12,4 Mt.

Activité portuaireEn décembre 2019, 1,34 Mt de blé français ont été exportées par bateau (intra et hors UE), le plus haut niveau depuis 2013, en dépit des grèves. (©Terre-net Média) 

Le conseil spécialisé grandes cultures de FranceAgriMer s’est réuni ce mercredi 15 janvier à Paris, pour sa conjoncture mensuelle des marchés céréaliers. Initialement chiffrées à 11 Mt en septembre dernier, les prévisions d’exportations françaises de blé vers les pays-tiers durant la campagne 2019/20 ont été revues à la hausse pour la quatrième fois consécutive. Elles sont désormais attendues à 12,4 Mt, soit 200 kt de plus qu’estimé en décembre, ce qui représente une augmentation de 28 % par rapport à 2018/19. En cause : une très bonne compétitivité prix. Au 14 janvier 2020, la France a ainsi exporté 5,7 Mt hors de l’Union européenne, note FranceAgriMer. Alors que les volumes expédiés restent importants sur l’Algérie, l’organisme souligne de « fortes progressions vers le Maroc, l’Égypte, l’Afrique de l’Ouest ou encore de la Chine ».

Un mois de décembre particulièrement dynamique

À mi-campagne, les exportations françaises de blé tendre suivent un rythme supérieur au niveau de l’an passé. « Au mois de décembre, d’après les embarquements français publiés par Reuters, il y a un dynamisme important de l’export de blé tendre vers pays-tiers », note FranceAgriMer. Effectivement, durant le dernier mois de l’année, 1,34 Mt de blé ont été exportés par bateau, dont 1,22 Mt vers les pays-tiers, alors qu’ils n’avaient été que de 904 kt l'année dernière. Et ce, malgré les grèves qui frappent la France depuis le 5 décembre dernier et qui « touchent différents maillons de la chaîne logistique française ».

Malgré une hausse des prévisions des exports vers pays-tiers, la baisse du niveau de stock de fin de campagne ne s’est que très légèrement accentuée ce mois-ci. Il est passé à 2,395 Mt, soit - 4 % par rapport à l’année dernière. Cela est dû à une baisse des utilisations par les fabricants d’aliments du bétail, qui chutent à 5,3 Mt, soit - 100 kt comparé à décembre. « Le regain de compétitivité des orges fourragères a entraîné un léger retard dans les incorporations mensuelles », selon FranceAgriMer. Les prévisions d’exportations vers les autres pays de l’Union européenne sont elles-aussi en recul, à 8,2 Mt, soit - 161 kt par rapport aux prévisions de décembre. 

Par ailleurs, le prix du blé a continué de s’apprécier depuis le mois de décembre, portépar une demande soutenue et l’appréciation des monnaies russes et ukrainiennes, d'après l'organisme. 

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous