[L'info marché du jour] Récolte mondiale Pour 2020/21, une hausse en blé moins forte que la baisse en maïs

Terre-net Média

Selon l'International grain council (IGC), par rapport à ses estimations de novembre, la production mondiale de blé en 2020/21 augmenterait de 3 Mt, à 768 Mt. Celle de maïs, en revanche, chuterait de 13 Mt, à 1,133 Mt.

moissonneuse dans un champ de ble D'après les premières projections de l'IGC, la moisson 2021 pourrait atteindre un « record ». (©Pixabay) 

Dans son dernier rapport mensuel en date du 14 janvier, comparé à celui de novembre, l'International grain council table sur une augmentation de la production mondiale de blé pour 2020/21, notamment en Australie, en Russie et au Canada : + 3 Mt, à 768 Mt. Et d'après ses premières projections, la moisson 2021 pourrait atteindre un « record ».

Lire aussi le point de janvier de FranceAgriMer : Des prix haussiers du maïs et du blé face à une demande mondiale soutenue

Comme le ministère de l'agriculture USDA, l'organisme prévoit, malgré la hausse de la consommation, une progression des stocks mondiaux de blé, surtout en Chine et en Inde. En orge, la récolte augmenterait également, principalement en Argentine et au Canada, d'où des stocks plus importants à l'international.

Pour le maïs par contre, l'IGC s'attend à une collecte mondiale de 1,133 Mt, soit 13 Mt de moins qu'anticipé deux mois plus tôt ! Une chute à mettre sur le compte des États-Unis et de l'Amérique du Sud.

+ 23 Mt de céréales en 2020/2021

Toutes céréales confondues, 23 Mt de plus seraient récoltées comparé à 2019/2020, du fait des « rendements records » escomptés en blé et orge. Mais ces estimations baissent de 9 Mt en deux mois à cause de l'érosion observée en maïs. La consommation, elle, diminuerait de 6 Mt et s'élèverait à 2 216 Mt en raison de la moindre demande de l’alimentation animale et de l’industrie. Elle reste malgré tout supérieure de 24 Mt à l'an passé.

Quant aux stocks, ils reculeraient de - 5 Mt (611 Mt) par rapport à il y a deux mois, et de - 6 Mt sur un an. Au niveau des échanges enfin, l'IGC mise un rythme « supérieur à la moyenne, même s’ils ne seront pas aussi élevés que le record de l’année précédente. La Russie va peut-être exporter moins qu’en 2020/21, mais elle pourrait rester le plus gros exportateur ».

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous