Moissonneuse-batteuse John Deere lâche enfin ses informations au sujet de la X9 !

Terre-net Média

Depuis novembre dernier où la moissonneuse-batteuse X9 de John Deere était exposée sans aucun détail technique excepté la promesse de capacités hors normes, les informations commençaient à fuiter sur la toile. Du coup, le constructeur a enfin livré les éléments sur la plus puissante machine de sa gamme de moissonneuses. X9 1000 et X9 1100 promettent plus de 100 tonnes à l'heure de débit. Reste à vérifier sur le terrain si les arguments de la marque sont réels.

John Deere X9 moissonneuse-batteuseLa plus grosse moissonneuse-batteuse de John Deere promet plus de 100 t/h de débit de chantier. (©John Deere)

Difficile de contenir les fuites d'informations lorsqu'il s'agit du lancement de la plus grosse moissonneuse-batteuse d'un constructeur comme John Deere. C'est sans doute ce qui a décidé le constructeur a diffusé les communiqués de presse contenant quelques informations supplémentaires. Le fleuron de la gamme moissonneuse-batteuse est désormais classé X.

La série X9 compte deux modèles, X9 1000 et X9 1100, prêts à envoyer du lourd : la marque confirme les chiffres, soit plus de 100 t/h, comme annoncé lors du dernier Agritechnica en Allemagne. Le tout sans dépasser 1 % de perte.

Un caisson de nettoyage et une barre de coupe hors norme

Pour maximiser ses performances, la machine gère automatiquement les réglages. De quoi garantir le débit et la qualité du travail. Pour absorber la récolte, l'engin se voit doté d'une barre de coupe impressionnante, d'un double rotor et du plus grand caisson de nettoyage jamais construit. La matière passe de la coupe aux organes de séparation grâce à l'accélérateur à chevrons. Les deux rotors XDS mesurent 3,51 m de longueur ; ils reprennent le concept modulaire de ceux installés sur la série S. En clair, des sections dédiées au battage et d'autres à la séparation.

Outre les éléments traditionnels, la zone de battage utilise des doigts pour extraire les derniers grains de la culture. Sans compter qu'en conditions limitantes, le débit n'est pas entaché. Le terrain de jeu favori de la machine : les zones nordiques où la récolte est le plus souvent à forte humidité. C'est là que le constructeur l'a testée pour vérifier si son engin pouvait réellement atteindre les 100 t/h à moins de 1 % de perte.

36 % de surface de nettoyage supplémentaire

La table de nettoyage Dyna-Flo XL profite de 36 % de surface supplémentaire, soit 7 m². Idem côté ventilateur qui bénéficie de 45 % de capacité de nettoyage en plus par rapport à celui d'une série S. Sous le capot, place au moteur diesel six cylindres maison, le John Deere PowerTech de 13,6 l de cylindrée. Il développe 700 ch et à en croire la marque, récolte pendant 14 h sans ravitailler grâce à sa consommation de carburant maîtrisée. À souligner que grâce au débit du système Fast Fuel, les agriculteurs ne devraient pas passer trop de temps à faire le plein. Moins de 2,5 min sont nécessaires pour remplir le réservoir de 1 250 l à raison de 550 l/min. 

Comme sur les ensileuses de la série 9000, la moissonneuse bénéficie du dispositif HarvestMotion. L'entraînement par courroie réduit de 20 % la consommation de carburant et améliore le couple de 30 % tout en limitant le régime du moteur. 

120 ch de puissance nécessaire en moins

John Deere a travaillé sur ses transmissions, la manutention de la récolte, le nettoyage et le broyeur. Résultat : 120 ch de puissance nécessaire en moins. La transmission ProDrive XL permet à la machine de rouler à 40 km/h et offre 30 % de couple supplémentaire, utiles pour affronter les pentes ou rouler en conditions difficiles. Le tout en limitant le régime moteur à 1 700 tr/min.

Le ProDrive XL utilise une double pompe industrielle. Il enclenche les deux au démarrage pour garantir le maximum de couple. Lorsque la vitesse d'avancement augmente et que le besoin en couple diminue, le débit de la deuxième pompe diminue. D'où la réduction de puissance et de carburant. Pour le déplacement, l'exploitant a le choix entre la version à roues ou à chenilles. Dans ce cas, la largeur n'excède pas 3,5 m de largeur de transport.

Siège chauffant, fonction massage, réglages automatiques...

Enfin, côté cabine, le constructeur installe le chauffage et la ventilation du siège, la fonction massage et la radio avec applications. Tout étant automatique ou presque, l'opérateur pourrait bien s'endormir facilement au volant. Trois niveaux de finition existent : select, premium et ultimate. De quoi satisfaire tous les budgets et tous les goûts. 

Dernier point : la visibilité de nuit. L'éclairage à Led est proposé de série pour que l'opérateur ne fasse plus de différence entre la nuit et le jour. Cependant, ceux qui le souhaitent pourront choisir le pack visibilité en option. AutoMaintain, Active Terrain Adjustment et Active Yield... la technologie John Deere est évidemment accessible également.

Rendez-vous mi-juillet pour une démonstration grandeur nature dans une parcelle de céréales quelque part en France. La rédaction est évidemment sur le coup pour vous faire rêver à travers les premières images du monstre vert et jaune. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous