Controlled Traffic Farming Michael Horsch : « Ne pas le réduire à une organisation de la circulation ! »

Matthieu Freulon Terre-net Média

Plus qu'une simple réorganisation de la circulation dans les parcelles, le Controlled Traffic Farming est un système global, presque un état d'esprit selon Michael Horsch (dirigeant Horsch). Rencontre.

S elon Michael Horsch, dirigeant de la société éponyme, il ne faut pas réduire le Controlled Traffic Farming (Ctf) à une simple réorganisation de la circulation des machines agricoles dans les parcelles. C'est un système global qui englobe de nombreuses thématiques comme :

« D'une manière générale, le Controlled Traffic Farming est une réponse à l'agriculture de demain moderne et respectueuse ».

Les gains apportés par le Ctf sont plutôt séduisants. Michael Horsch explique gagner 10 à 15 % d'efficience, avec des économies de Gnr, des logistiques plus fluides et plus confortables. Il est également convaincu de l'intérêt de cette stratégie pour les rendements des parcelles.

Sur son exploitation en République tchèque où il teste le Ctf depuis trois ans, le dirigeant se donne pour objectif de n'impacter que 10 % des sols au maximum, contre 95 à 100 % en système conventionnel. Il a en outre généralisé une voie de 3 m à tous ses tracteurs et outils. La plupart des machines sont également chaussées de chenilles (tracteurs, moissonneuses, épandeur, tonne à lisier...) exception faite du pulvérisateur.

Alors pourquoi est-ce que le Ctf ne se développe pas plus en France ? Découvrez la réponse de Michael Horsch dans la vidéo de l'interview.

Pour aller plus loin sur cette thématique, connectez-vous sur la page spéciale Controlled Traffic Farming.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous