Journée mondiale du climat Un label bas carbone grandes cultures pour début 2021

Terre-net Média

La Journée mondiale du climat ce 8 décembre est l’occasion de rappeler le rôle important des grandes cultures dans la lutte contre le changement climatique, grâce à leur pouvoir de captation du carbone. Une labellisation bas carbone pour ce secteur est d’ailleurs en voie d’approbation par le ministère de l’écologie.

ColzaRémunérer, sous forme de crédits carbone, les efforts des céréaliers pour baisser leurs émissions de GES : c'est l'objectif de la labellisation bas carbone. (©Pixabay)

Après l’élevage, les haies et les vergers, c’est au tour du secteur des grandes cultures de prétendre à la labellisation bas carbone du ministère de l’écologie. La rédaction de la méthode bas carbone grandes cultures réalisée par les instituts techniques (Arvalis-Institut du végétal, Terres Inovia, IRTB, ITB) avec l’appui d’Agrosolution vient en effet de s’achever.

« Toutes les activités d’une exploitation peuvent être couvertes par le label bas carbone, car un projet carbone grandes cultures s’applique au niveau d’une exploitation. Le périmètre des leviers d’action couvre les systèmes de culture et les bâtiments de stockage/séchage en grandes cultures jusqu’à la sortie de l’exploitation. Les crédits générés concernent des réductions des émissions de GES (gaz à effet de serre), la séquestration de carbone dans les sols, et la production de biomasse pour la substitution de ressources fossiles », précise la filière.

De nombreuses initiatives 

Changement complet de pratiques ou maintien d’actions déjà favorables à la séquestration du carbone : tous les producteurs de grandes cultures pourront faire certifier leurs efforts et prétendre à une rémunération sous forme de crédits carbone. L’entrée en vigueur de cette labellisation devrait être effective début 2021.

En attendant, d’autres initiatives de rémunération du carbone stocké par les agriculteurs sont déjà en cours. La coopérative Axereal propose ainsi une filière colza et tournesol bas gaz à effet de serre à ses adhérents, permettant ainsi de valoriser financièrement leurs efforts pour lutter contre l’émission des GES. Même démarche pour Saipol, la filiale du groupe Avril, qui rémunère le colza et le tournesol durables à travers sa solution OleoZe. Enfin, en septembre dernier, Soil Capital a lancé « le premier programme européen de rémunération carbone pour les agriculteurs, par les agriculteurs ».

Les efforts des agriculteurs en faveur du climat sont enfin en passe d’être reconnus.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous