Communication positive La coopérative Noriap met en avant les initiatives de ses adhérents

Terre-net Média

Le 13 décembre dernier, l'assemblée générale de la coopérative Noriap était l'occasion de faire le point sur l'année écoulée mais aussi d'échanger sur les différentes solutions mises en œuvre par ses adhérents pour une agriculture productive et respectueuse de l'environnement.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Face à l'agribashing ambiant, Noriap avait invité un spécialiste de l'information, Jacques Legros, pour présenter les initiatives de ses adhérents en faveur d'une agriculture productive et respectueuse de l'environnement. Parmi eux : Charles Guénard, agriculteur à Lawarde-Mauger-l'Hortoy (Somme), qui est un adepte de l'agriculture de précision. Cette technique permet de prendre en compte l'hétérogénéité des parcelles pour l'apport d'engrais notamment : la bonne dose au bon endroit. Cela contribue ainsi à faire des économies en intrants et à améliorer les rendements des cultures.

Autre modèle présenté : l'agriculture de conservation avec le témoignage de Thomas Leroux à Mailly-Raineval (Somme), engagé depuis l'année dernière. Pour l'agriculteur, cette pratique permet de « conserver l'humidité des sols en période de sécheresse » et « d'améliorer leur portance en cas de sols humides »... Thomas Leroux met en avant l'importance de se former pour avancer et éviter les risques.

À ce sujet, Sarah Singla était invitée à l'assemblée générale de Noriap.
> « Le principal outil de production d'un agriculteur, c'est d'abord son sol »

Plusieurs adhérents Noriap sont également engagés en agriculture biologique (AB), dont la famille Duparcq à Monchy-Lagache (Somme). Ils n'ont pas converti l'ensemble de l'exploitation dès la première année, mais plutôt au fur et à mesure pour se faire la main. Parmi les grands principes de l'AB : « veiller rigoureusement à l'assolement et faire des rotations longues ».

Comme beaucoup d'autres agriculteurs, Gauthier Poiret, installé à Fresnoy-au-Val (Somme) dispose de ruches à proximité de ses parcelles. Il rappelle les principes de base pour allier agriculture et apiculture : « ne pas épandre de produit phytosanitaire un jour de grand vent, respecter les horaires d'application pour traiter quand les abeilles sont rentrées à la ruche et implanter des couverts ou des jachères mellifères ».

Autre témoignage : celui Baptiste Vincent, jeune éleveur de vaches laitières installé à Vattetot-sous-Beaumont (Seine-Maritime).  Il travaille sur l'autonomie fourragère de son exploitation et aussi sur les couverts végétaux.

> Retrouvez d'autres articles sur le thème de l'installation.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous