Céréales à paille Quelle espèce est plus sensible à l'ergot ?

Terre-net Média

Blé, orge, triticale, seigle, avoine... toutes les céréales peuvent être contaminées par l'ergot, indique Arvalis-Institut du végétal. Néanmoins, en fonction de leur mode de reproduction, certaines espèces sont plus sensibles à la maladie que d'autres.

Ergot sur seigleLa sensibilité des céréales à l'ergot dépend de leur mode de reproduction. (©@remdumdum/Banque d'image FranceAgriTwittos)

Comme le rappelle le Gnis, même lors de fortes attaques, « l'impact de l'ergot des céréales (Claviceps purpurea) sur le rendement reste faible (2 à 5 % de pertes), mais la nuisibilité de cette maladie est due à la présence d'alcaloïdes très toxiques pour l'homme et les animaux ».

Le seigle, céréale la plus sensible à l'ergot

Si toutes les céréales peuvent être touchées par l'ergot, leur sensibilité dépend de leur mode de reproduction. « L'ergot contamine les graminées lors de la floraison, précise Arvalis-Institut du végétal. Les cultures allogames (fécondation croisée entre deux plantes d'une même espèce), avec une floraison plus longue et plus ouverte, sont donc susceptibles d'être davantage contaminées. »

Allogame, « le seigle est la céréale la plus sensible à la maladie, ce qui justifie l’appellation historique "ergot du seigle". Le triticale, qui présente une tendance plus prononcée que les autres céréales à l'allogamie, est aussi identifié comme très sensible. Les autres céréales telles que les blés, l’orge ou l’avoine, sont moyennement sensibles à l’ergot. »

Etude des contaminations de parcelles agriculteurs contaminées par l’ergot à la récolte(©Arvalis-Institut du végétal)

 Sensibilité des céréales à l’ergot : Seigle >> Triticale > Orge-Blé-Avoine
> Retrouvez davantage d'informations avec la fiche "accident" Arvalis sur l'ergot.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous