Interculture Implanter un couvert végétal après maïs

Terre-net Média

Alors que les récoltes de maïs débutent, l’AGPM rappelle la procédure de couverture hivernale des sols à respecter par les exploitants engagés dans la certification.

Récolte de maïs.Les systèmes où le maïs est présent sur plus de 75 % de la sole peuvent prétendre aux aides du verdissement à condition de respecter certaines règles, notamment pour l'interculture. (©Terre-net Média)

Les producteurs de maïs engagés dans la certification pour avoir accès à l'équivalence des aides du verdissement doivent respecter le cahier des charges sur la totalité des surfaces de l’exploitation. 

Le dispositif consiste en une couverture hivernale des sols sur 100 % des terres arables réalisée au moyen d’un couvert semé, pur ou en mélange, sélectionné parmi la liste des espèces suivantes :

  • graminées : avoines, blés, dactyles, fétuques, fléole, orge, pâturins, ray-grass, seigles, triticale, X-festulolium ;
  • Hydrophyllacées : phacélie ;
  • Linacées : lins ;
  • Brassicacées : navettes ;
  • Fabacées : féveroles, fenugrec, gesses cultivées, lentilles, lotier, corniculé, lupins (blanc, bleu, jaune), luzerne cultivée, minette, mélilots, pois, pois chiche, sainfoin, serradelle, trèfles, vesces.

L’implantation doit être réalisée au plus tard dans les 15 jours qui suivent la récolte du maïs. « Il faut préférer un semis permettant un bon contact de la graine avec le sol. » L’inconvénient majeur réside dans le temps nécessaire à la réalisation des opérations après la récolte, en particulier pour des maïs grain à récolte tardive.

Le semis sur déchaumeur par recouvrement permet de réaliser plusieurs opérations en un seul passage. Le semis à la volée enterré par déchaumeur est la technique offrant le meilleur rapport qualité-prix pour qui souhaite semer un couvert sur sol déchaumé. Les graines seront enterrées par les disques ou les dents du déchaumeur. En semis direct, les semoirs à dents donnent un meilleur contact sol-graine que les disques mais stimulent un peu plus la levée des repousses. La combinaison de travail du sol suivi d’un semis est une autre possibilité.

Compte tenu des objectifs environnementaux du verdissement, l'AGPM déconseille de fertiliser le couvert hivernal et recommande une destruction mécanique, par broyage et/ou roulage. La conduite des couverts hivernaux doit, dans tous les cas, être conforme aux règles prévues dans le cadre de programmes d’actions nitrates dans les zones vulnérables (modalité et date de destruction). La destruction du couvert n’est autorisée qu’à partir du 1er février de l’année suivante. 

Fonctionnement de la certification.Fonctionnement de la certification.
Cliquer pour agrandir. (©AGPM)
Rappel - Procédure de contrôle des exploitations engagées 

Pour 2015/2016, l’ensemble des exploitations engagées dans le dispositif seront auditées sur place par l’organisme certificateur Ocacia/A-Ver. Cet audit se tiendra entre le 15 novembre 2015 et le 1er février 2016 et visera à vérifier le respect du cahier des charges. Sur cette base, Ocacia/A-Ver délivrera ou non le certificat indispensable au versement de l’aide verdissement.

Pour les campagnes suivantes, l'organisme réalisera un audit documentaire annuel pour l’ensemble des exploitations (documents à transmettre) ainsi qu’un audit sur place chez un tiers des exploitations engagées. Enfin, l’Agence de services et de paiement (ASP), contrôlera sur place 5 % des exploitations inscrites dans le schéma de certification chaque année.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous