[Témoignage] Agriculture biologique Laurent et Nathalie ont développé les légumineuses à graines dans leur rotation

SG Terre-net Média

Les légumineuses à graine occupent une place centrale dans le système en agriculture biologique de Laurent et Nathalie Paul. Bénéfiques pour le sol, ces cultures peuvent être utilisées en couvert ou destinées à la vente. Le couple a d'ailleurs développé un atelier de transformation à la ferme.

[Vidéo] Développer les légumineuses à graines dans sa rotation

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo.

Pour Laurent Paul, agriculteur à Montclar-Laurageois, la « rotation blé/soja n’est pas durable quel que soit le type de système ». Dès sa conversion en agriculture biologique en 2008, il choisit d’allonger ses rotations, avec au minimum quatre cultures, et développe notamment les légumineuses à graines. Ces dernières constituent le « pilier de sa rotation ».  Il cultive également du "blé moderne" en variété pure et du "blé ancien" en mélange variétal, apportant « diversité et résistance aux maladies ».

Répartition de l'assolement :
  • 1/3 de céréales : blé et petit épeautre
  • 1/3 de soja
  • 1/3 comprenant : lin oléagineux, lentilles, pois verts, pois chiches, féverole, cameline et luzerne      
  • SAU totale : 97 ha
Exemples de rotations :
  • Blé > Pois > Sarrasin en dérobée > Lin > Lentilles (couvert : repousse de lentilles + sarrasin)
  • Blé tendre (couvert de féverole) > Soja (couvert de féverole) > Soja > Blé (couvert de vesce, pois, gesse) > Lentilles ou lin (repousse de lentilles)

Selon l’agriculteur, le salissement des parcelles constitue la « principale difficulté ». Pour y remédier, il a recours au désherbage mécanique. Pour la culture de soja, Laurent peut utiliser le binage. Mais la lentille étant une culture fragile, il évite d’employer la herse étrille et passe plutôt avec une écimeuse « au fur et à mesure que les adventices poussent ». Laurent Paul travaille aussi sur l'alternance des légumineuses de printemps et d'automne afin de rompre le cycle des adventices. Les attaques de ravageurs sont, dans l'ensemble, variables selon les années. La bruche est l'un des plus problématiques pour Laurent. Elle peut provoquer jusque « 20 à 30 % de perte du volume sur les lentilles », souligne l'agriculteur.

Concernant le stockage, le tri des graines est l'étape essentielle : « Une fois que les récoltes sont triées, le stockage se passe relativement bien. Il suffit de surveiller les températures et de ventiler les stocks. » Les légumineuses produites sur l'exploitation sont commercialisées en graines, utilisées en couverts ou vendues à la coopérative. « Des débouchés variés pour des savoir-faire associés nombreux. » Laurent et sa femme Nathalie ont développé un atelier de transformation à la ferme. Ils commercialisent leur production : légumes (pois chiches, lentilles et pois cassés) et farine (blé, "blé ancien", sarrasin et lentille) via leur boutique à la ferme, des magasins, des collectivités et des plateformes.

Osaé (Osez l'agro-écologie) est une plateforme pour la mise en pratique de l'agro-écologie. Ce mouvement a été initié en 2008. La plateforme a pour objectif de « faire connaître les savoir-faire d'agriculteurs pionniers et innovants en agro-écologie ». Retrouvez différents témoignages d'agriculteurs sur le site web de Osaé.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous