Limaces Une vigilance toujours de mise au vu des conditions climatiques humides

Terre-net Média

Avec les conditions climatiques actuelles humides, la vigilance face aux limaces reste de rigueur pour les céréales semées et à venir. [Article publié dernièrement le 01/10/2019]

Limace Les céréales sont sensibles aux limaces de la levée jusqu'au stade 3-4 feuilles.(©André Chabert, Acta)

« Les conditions climatiques actuelles sont très favorables à l'activité des limaces », constate la chambre d'agriculture (CA) des Pays de la Loire. Il convient donc d'être vigilant avant le semis des céréales et jusqu'au stade 3-4 feuilles de ces cultures.  Au-delà, « le blé dispose d’un fort pouvoir de compensation et il n’est plus nécessaire d’intervenir », affirme Arvalis-Institut du végétal.

Les situations les plus à risques concernent « les parcelles historiquement attaquées, argileuses, motteuses ou avec des résidus de cultures abondants, caillouteuses, les semis superficiels, les zones non tassées, les andains de paille, etc. », précise la CA de Bourgogne-Franche-Comté. Dans les parcelles, deux types de limaces peuvent être présentes : les grises et les noires. « Ce sont les limaces noires qui s'attaquent aux graines. Au moment des semis, le risque est donc plus important si on note la présence de ces dernières dans la parcelle », complète la CA des Pays de la Loire.

>>> Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur : Observatoire météo de Terre-net Média

Selon l'observatoire De Sangosse, on trouve 1 à 4 limaces/m² en moyenne dans les parcelles de blé pour les régions Grand-Est, Ile-de-France, Centre, Rhône-Alpes, Sud-Ouest...  et 5 à 9 limaces/m² en Normandie, Bretagne, Poitou-Charentes et dans les Hauts-de-France... En ce qui concerne le colza, la majorité des cultures ont dépassé le seuil de risque.

Carte du risque limaces pour le bléRetrouvez la pression limaces dans chaque région suite aux observations du réseau De Sangosse sur blé. En vert, la moyenne de limaces au m² est inférieure à 1, en jaune, la moyenne est de 1 à 4 limaces/m², en orange, de 5 à 9 limaces/m², en rouge clair, 10 à 14 limaces/m² et en rouge foncé, 15 et plus. Cette carte est mise à jour régulièrement en fonction de l’évolution du risque limaces. (©De Sangosse) 

Les cartes sont actualisées deux fois par semaine à partir des observations du réseau De Sangosse. Ces dernières sont réalisées par des agriculteurs bénévoles. Pour plus d'informations sur la pression limaces dans votre secteur, vous pouvez vous rendre sur l'observatoire du site "ciblage anti-limaces" proposé par De Sangosse.
Concernant le colza, la plupart des parcelles sont sorties de la période de risque vis-à-vis de ces ravageurs.
> Retrouvez, chaque semaine, l'essentiel des observations tirées des bulletins de santé du végétal par département avec l'écho des plaines

Comment évaluer le risque ?

Pour gérer la présence de ces gastéropodes, il est recommandé d'évaluer le risque à la parcelle.  Arvalis-Institut du végétal préconise d'observer soit « à l'aube, lorsque le sol est totalement humide pour détecter des limaces en activités », soit « dans la journée, dans les parcelles avec un fort couvert ou recouvertes de chaumes, sous les mottes... ». Attention aux traces d'activité des limaces : « mucus au sol ou sur les plantes, morsures sur plantes, œufs ».

Le piégeage permet également d'identifier la pression limaces de vos parcelles. « Un piège constitue un abri qui maintient l'obscurité et un microclimat humide attirant les limaces à courte distance ».

Voici le protocole proposé par l'institut technique :

  • « Disposer 4 pièges (minimum) de type Inra (0,25 m x 0,25 m) donnant une surface totale de piégeage de 1 m² ;
  • les positionner à au moins une dizaine de mètres les uns des autres et à au moins 10 m de la bordure ;
  • de préférence poser les pièges le soir après les avoir humidifiés à saturation et les relever le lendemain matin à la fraîche ;
  • ne pas mettre de granulés anti-limaces sous les pièges ;
  • déplacer les pièges de quelques mètres et les réhumidifier avant chaque nouvelle estimation. »
La lutte molluscicide repose actuellement sur deux substances actives commercialisées : le métaldéhyde et le phosphate ferrique, comme le précise Arvalis-Institut du végétal. Retrouvez, dans le tableau ci-dessous, la liste des différentes spécialités disponibles pour la campagne 2019  :

Spécialités molluscicides disponibles pour la campagne 2019Spécialités molluscicides disponibles pour la campagne 2019 (©Arvalis-Institut du végétal)

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous