Brésil La répartition inégale des terres maintient la pauvreté en zone rurale

Terre-net Média

L'agriculture industrielle structure le paysage agricole brésilien depuis plusieurs dizaines d’années avec un recours massif à la déforestation pour augmenter la surface agricole. Mais surtout pour compenser les terres devenues incultes.

Chantier de récolte de cannes à sucre.Chantier de récolte de cannes à sucre. (©lhpitombo)

L’objectif majeur de la politique agricole brésilienne depuis de nombreuses années est l’augmentation de la production agricole destinée à l’exportation. Son potentiel de production foncier et agronomique et ses réserves de productivité sont ses atouts pour l’atteindre.

Le gouvernement brésilien affiche toujours un chiffre de 90 à 100 millions d’hectares supplémentaires cultivables pour atteindre ses objectifs. Ce sont essentiellement des pâturages dégradés et non de nouvelles emprises sur la forêt amazonienne.

L’agriculture industrielle des grands propriétaires fonciers structure le paysage agricole  brésilien.

Le gouvernement de Dilma Rousseff a poursuivi les efforts entamés par son prédécesseur pour installer 1,2 million de familles entre 2003 et 2010 sur 48,5 Mha redistribués. Mais les inégalités et la violence restent très importantes dans le milieu rural. Entre 2008 et 2012, plus de mille conflits ont été répertoriés avec de nombreux meurtres commis.

La volonté de modifier les critères permettant de déclarer une terre improductive pour la redistribuer se heurte à l’agro-négoce très attaché au droit de propriété.

Ainsi, la quasi-totalité des terres attribuées à des Sans-Terre sont des terres publiques et non des terres « confisquées ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous