Betterave sucrière Fin des quotas européens sucriers : la filière française signe un accord

Terre-net Média

L'ensemble des représentants de la filière betterave-sucre française a été reçu par Stéphane Le Foll, lundi 5 septembre. Le travail d'anticipation de la fin des quotas sucriers européens - qui doit intervenir en 2017 - a abouti à la signature d'un accord interprofessionnel triennal entre planteurs de betteraves et fabricants de sucre.

L'interprofession betterave-sucre a été entièrement revue pour s'adapter à la fin des quotas.L'interprofession betterave-sucre a été entièrement revue pour s'adapter à la fin des quotas. (©Watier visuel)

Les travaux avaient commencé début 2015 pour permettre à la filière sucrière française de conforter sa place de leader européen en anticipant la fin des quotas sucriers. Différents groupes de travail se sont penchés sur les thématiques à fort enjeu pour le secteur : adaptation aux marchés, compétitivité et stratégie collective de filière.

C'est suite à ce travail de concertation et au rapport remis en septembre 2015 que l'accord interprofessionnel triennal a été signé. « Une véritable dynamique de filière s'est enclenchée et a permis de surmonter les divergences pour aboutir à des relations rénovées entre planteurs et fabricants », se félicite le ministère de l'Agriculture.

L'association interprofessionnelle de la betterave et du sucre (AIBS) a été refondue. Elle est désormais l'interprofession unique de la filière. « L'ancienne organisation de l'interprofession n'était plus adaptée pour répondre aux nouveaux mécanismes imposés par la réforme de 2017 », estime dans un communiqué Tereos, groupe agro-industriel coopératif transformateur de betteraves. Une interprofession « forte », « qui constituera un véritable atout pour faire face à l'ouverture des marchés », selon Stéphane Le Foll.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous