Viticulture Moët Hennessy arrêtera l'utilisation des herbicides en Champagne fin 2020

AFP

Moët Hennessy arrêtera « fin 2020 » l'utilisation des herbicides dans tous ses vignobles de Champagne, et en 2021 dans ceux de la région de Cognac, a annoncé son PDG Philippe Schaus lors du salon Wine Paris-Vinexpo.

« Fin 2020 en Champagne, nous allons complètement arrêter les herbicides, et nous allons construire un nouveau centre de recherche et développement en Champagne d'une valeur de 20 millions d'euros », a déclaré Philippe Schaus lors d'un entretien avec l'AFP. « Pour le cognac, nous arrêterons un an plus tard », a précisé le dirigeant, qui a succédé en 2017 à Christophe Navarre à la tête de la filiale vins et spiritueux du groupe de luxe LVMH. « Nous remplaçons les herbicides par le désherbage mécanique grâce notamment à des tracteurs électriques et des robots » a-t-il dit.

Le groupe a investi dans une douzaine de tracteurs enjambeurs électriques élaborés par le constructeur champenois Kremer, d'un coût de 200 000 euros l'unité. D'octobre à mars, pour ne pas tasser les sols détrempés, une partie des vignobles sera désherbée en écopâturage par des moutons, a précisé Stanislas Milcent, directeur de la recherche et développement dans le secteur environnement. « C'est une étape, pour la vingtaine de maisons du groupe, pour la plupart nées aux 18e et 19e siècles, et qui portent le développement durable dans leurs gènes », a souligné le PDG. Parmi ces maisons figurent en Champagne les marques Dom Perignon, Moët et Chandon, Mercier, Ruinart, Veuve Cliquot et Krug.

Outre en Champagne (nord-est de la France) et dans la région de Cognac (sud-ouest), Moët Hennessy exploite des vignes en Provence (sud-est), en Espagne, en Argentine, dans la Napa Valley aux États-Unis, en Chine, en Inde, en Australie et en Nouvelle-Zélande. À la différence de son concurrent Roederer dont une bonne partie des vignobles champenois sont menés en bio, Moët Hennessy ne se convertit par pour autant au bio, qui interdirait le recours à tous les produits phytosanitaires de synthèse, herbicides, mais aussi insecticides et fongicides.

« Nous n'allons pas chercher les labels, nous cherchons à protéger les sols », commente Philippe Schaus. « Notre objectif est de faire en sorte que dans 150 ans on fasse encore les meilleurs vins en France. » Le château du Galoupet à La Londe-les-Maures entre Hyères et Bormes-les-Mimosas, l'un des 18 crus classés de Provence, racheté en 2019 par LVMH, va néanmoins « devenir bio », a-t-il dit. « Le terroir le permet de manière pérenne. » Interrogé sur l'utilisation des pesticides, Philippe Schaus a répondu que l'objectif du groupe était d'en mettre « le moins possible », et « là où on peut, de ne pas en mettre du tout », ainsi que de « limiter le plus possible » l'utilisation du cuivre. Selon la latitude, le climat, « les solutions ne sont pas les mêmes », et « personne n'a encore trouvé la solution parfaite » permettant de se passer complètement d'intrants chimiques, a ajouté Philippe Schaus.

Le groupe espère que son annonce va faire évoluer l'ensemble de la Champagne et propose d'accompagner les viticulteurs qui s'engagent dans des démarches similaires. Pour l'instant, à peine plus de 2 % des viticulteurs champenois sont en bio.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous