Primaire de la Gauche Benoît Hamon va-t-il « faire battre le cœur » des agriculteurs ?

Terre-net Média

Dans son projet de « transition agricole », Benoît Hamon veut favoriser le développement d’un « modèle agro-écologique » en adoptant des mesures à tous les niveaux : interdiction des « pesticides dangereux », orientation plus étroite des aides de la Pac, ciblage plus drastique des soutiens à l’investissement.

Le 24 novembre dernier, Benoît Hamon visitait une exploitation agricole biologique à Evrecy, dans le Calvados.Le 24 novembre dernier, Benoît Hamon visitait une exploitation agricole biologique à Evrecy, dans le Calvados. (©benoithamon) 

Ancien ministre dans les gouvernements Ayrault et Valls, Benoît Hamon veut « faire battre le cœur de la France ». Mais le candidat à la primaire de la Gauche en vue de la Présidentielle 2017 fera-t-il battre le cœur des agriculteurs ? Le programme du député et conseiller régional ne comporte pas un chapitre « agriculture », mais un volet dénommé « transition agricole ». Une transition agricole résumée en cinq points.

Primaire de la Gauche : demandez le programme !

Comme pour celle de la Droite et du Centre, Terre-net décortique pour vous les propositions agricoles des sept candidats à la primaire de la Gauche, dont les deux tours de scrutins se dérouleront les 22 et 29 janvier 2017.

Sa première priorité affichée  est de faire la chasse aux « pesticides dangereux et aux perturbateurs endocriniens ». « J’appliquerai le principe de précaution en retirant les autorisations de tous les pesticides dangereux et j’interdirai l’importation de denrées alimentaires utilisant une substance interdite en France. Au niveau européen, « nous labelliserons les pesticides pour conditionner les subventions de la Pac au respect de hautes exigences en la matière », explique-t-il.

Un plan d’investissement de 5 Mds€

Benoît Hamon est par ailleurs très ambitieux quant aux soutiens à l’investissement qu’il compte dégager s’il était amené à diriger le pays. « Je lancerai un programme d’investissements agricoles de 5 milliards d’euros pour soutenir les projets de développement agro-écologique, les circuits-courts et les coopératives et faciliter l’installation des jeunes agriculteurs qui souhaitent reconvertir des exploitations en fermes bio ou agro-écologiques. »

Sur le plan européen, le candidat compte aller plus loin dans le verdissement de la Pac, en « négociant », dans le cadre de la réforme pour la Pac post-2020, une enveloppe de 400 M€ réservée au « financement des agriculteurs prêts à adopter le modèle agro-écologique ».

Les cinq priorités agricoles de Benoît Hamon :
  1. « Stop aux pesticides dangereux et aux perturbateurs endocriniens »
  2. « Réserver 400 M€ de la Pac aux agriculteurs adoptant le modèle agro-écologique »
  3. « Favoriser systématiquement les projets d’installation et de reprise en agriculture biologique ou agro-écologique »
  4. « Favoriser le développement de cultures maraîchères aux abords des villes »
  5. « Lancer un plan d’investissement de 5 Mds€ pour soutenir les projets de développement agro-écologique, les circuits courts et les  coopératives »

Benoît Hamon veut aussi modifier les règles en vigueur dans les CDOA et les Safer quant aux autorisations d’exploiter et à l’attribution de foncier agricole. « Je modifierai les critères de l’examen des dossiers de reprise d’exploitation afin de favoriser systématiquement les projets en agriculture biologique ou agro-écologiques. 40 % des agriculteurs devraient partir à la retraite d’ici 2020, ils chercheront donc des repreneurs dans les années à venir. Il faut se saisir de ce moment pour engager une conversion de notre agriculture », argumente-t-il.

Enfin, comme il le rappelle dans les mesures déjà citées, le candidat associe son modèle agro-écologique au développement des circuits courts. La modification des règles pour la reprise d’exploitation serait aussi faite au bénéfice des « cultures maraîchères aux abords des villes ». « Je soutiendrai aussi les associations favorisant les circuits courts comme les Amap. Selon lui, « une telle mesure permettra de créer de véritables ceintures vertes autour des villes, de favoriser le développement des circuits courts et l’autonomie alimentaire, et donc de réduire la pollution liée aux transports. »

Retrouvez dans les prochains jours, la synthèse des programmes agricoles de Jean-Luc Bennahmias, François De Rugy, Sylvia Pinel, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Manuel Valls.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous