Extension de la couverture assurantielle Groupama étudie de nouveaux contrats pour ne pas rater le rendez-vous de 2020

Terre-net Média

Des contrats d’assurance socle destinés à couvrir la moitié des agriculteurs contre un ensemble de risques sont à l’étude. Interview de François Schmitt, président de Groupama Grand Est.

Siège de Groupama à ParisSiège social de Groupama à Paris (©Groupama) 

Pour François Schmitt, président de Groupama Grand Est, en charge du dossier agricole et en particulier de la gestion des risques, l’extension de la couverture assurantielle est inévitable mais avec les soutiens massifs de l’Etat et de l’Union européenne.

Terre-net Média : Les accidents climatiques sont de plus en plus fréquents. Aussi, les dispositifs de couverture du risque sont-ils suffisants pour indemniser les dégâts occasionnés ? 

François Schmitt : Les agriculteurs n’échapperont pas à l’extension de la couverture assurantielle. La période que nous vivons se caractérise par un accroissement d’épisodes de tempête, de grêle et de sécheresse. Le risque de grêle a été augmenté par trois en cinq ans et l’année dernière, un agriculteur assuré sur deux a fait une déclaration de sinistre, parfois considérable. Et pourtant, les agriculteurs sont encore trop nombreux à ne pas souscrire de contrat pour protéger leurs cultures. Il est temps de lever toute appréhension sur la gestion des risques par la couverture assurantielle. L’époque de l’Etat providence est révolue. Il revient à la profession agricole et aux groupes d’assureurs de proposer des produits d’assurance en phase avec les risques à couvrir et avec les besoins des agriculteurs. Or, avec des primes équivalentes à 3,3 % en moyenne de la valeur du patrimoine à assurer, l’agriculteur pourrait être protégé contre la survenance d’importants dommages sur ces terres.

Terre-net Média : Avec quels produits peut-on justement envisager une souscription plus large de contrats d’assurance ? 

François Schmitt : Une large couverture des risques à moindre coût repose sur la création de contrats socles qui garantissent l’outil de production et les moyens nécessaires pour le remettre en fonctionnement en cas de survenance d’un accident. Autrement dit, c’est le capital de l’exploitation et l’ensemble des actifs nécessaires pour le redémarrer qui seraient assurés par les contrats socles. 

Ce mode de protection ne revêtirait aucune dimension spéculative car ce sont les biens immobiliers et l’ensemble des actifs nécessaires pour faire fonctionner l’exploitation qui seraient assurés sur la base de leur valeur. Et non pas les récoltes et les produits agricoles dont la valeur est particulièrement volatile.

Ces produits d’assurance sur lesquels Groupama et la Fédération française des assureurs travaillent en concertation avec le ministre de l’Agriculture, reposent sur notre expérience. Stéphane Le Foll vient de lancer une campagne pour tester ces nouveaux contrats car il sait que l’avenir des soutiens à l’agriculture reposera sur le développement de la protection assurantielle. Elle est devenue indispensable pour protéger la solvabilité économique des exploitations agricoles.

François Schmitt, président de Groupama Grand Est. Il est agriculteur et éleveur en Moselle. François Schmitt, président de Groupama Grand Est. Il est agriculteur et éleveur en Moselle. (©©Groupama) Terre-net média : A quelles conditions ces contrats socles sont-ils envisageables ?

François Schmitt : Couvrir la moitié des exploitations avec des contrats socles éventuellement associés à des options pour augmenter le taux de couverture des risques, serait notre objectif. C’est en mutualisant au maximum les risques que nous pourrons proposer des primes d’assurance avec un coût minime. C’est là l’objectif essentiel des futurs contrats socles. La souscription de tels contrats ne serait pas rendue obligatoire mais une dynamique d’incitation pourrait être recherchée, cela passe notamment par la subvention dont le ministre vient d’assurer un budget de 80 à 100 M€ pour les prochaines années.

Terre-net Média : La réforme de la Pac en 2020 sera-t-elle le fer de lance de la protection assurantielle ? 

François Schmitt : Il ne faut pas rater le rendez-vous de 2020 et c’est maintenant que nous y travaillons. Mais une aide à la souscription d’un contrat d’assurance ne suffit pas pour lever les réticences des agriculteurs. Il faut mettre au point les produits. Une première étape au développement des contrats serait 2017 à l’occasion de la révision à mi-parcours de la réforme de la Pac. 

Terre-net Média : Votre confiance pour l’avenir est-elle sans faille ? 

François Schmitt : Les exemples des Etats-Unis, de l’Australie et plus près de chez nous, de l’Espagne montrent qu’il n’y a pas de développement de l’assurance en agriculture sans soutien de l’Etat (ou du budget européen éventuellement). Or en France, il manque le cadre dans lequel le développement de l’assurance serait assuré et des crédits. Entre 400 et 600 millions d’euros par an sont nécessaires pour inciter la moitié des exploitations à souscrire les prochains contrats socles. 

Terre-net Média :  L’action du gouvernement vous rassure-t-elle ? 

François Schmitt : Nous restons attentifs à sa volonté réelle d’accompagner le développement de l’assurance agricole. Par exemple, la baisse du taux de subventionnement des primes d’assurance qui passe de 65 % à 43 % pour 2013. Et en 2015, seuls 100 millions d’euros seront transférés du premier au second pilier pour subventionner les contrats d’assurance et alimenter le Fmse (20M€).

Or dans le même temps, les groupes d’assureurs seront soumis à la directive de solvabilité II en 2016 qui les contraint à disposer de trois fois plus de fonds propres pour ces risques. Assurer la ferme France sera extrêmement consommateur de fonds propres. Groupama n’a pas la capacité à porter tout le risque climatique. 

Enfin, à Bruxelles, l’essor de l’assurance agricole ne peut reposer que sur une gestion flexible du budget de la Pac avec la possibilité de transférer d’une année à l’autre les crédits non consommés. Toutes les années ne sont pas des années à risques ! 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous