Élections européennes 2019 Le parti de Mélenchon veut refondre la Pac pour une « agriculture insoumise »

Terre-net Média

À l’approche du scrutin des élections européennes, dimanche 26 juin, les programmes agricoles des principales listes présentées se précisent. Celui proposé par la France insoumise se concentre sur la prochaine Pac, dont la réforme est déjà en cours de négociation, pour assurer le revenu des actifs et la « transition biologique ».

Laurence Lyonnais, numéro 11 sur la liste La France insoumise pour les élections européennes, a détaillé le programme agricole du mouvement de Jean-Luc Mélenchon lors d'un événement organisé par le Syrpa mi-avril 2019Laurence Lyonnais, numéro 11 sur la liste La France insoumise pour les élections européennes, a détaillé le programme agricole du mouvement de Jean-Luc Mélenchon lors d'un événement organisé par le SNPAR mi-avril 2019 (©Terre-net Média)

À quelques jours du scrutin des élections européennes, Terre-net.fr analyse un à un les programmes agricoles des principales listes en présence et vous en restitue les points clés.
Se succéderont ainsi tout au long du mois de mai 2019 les programmes agricoles des listes suivantes : 
UDI Les européens, Europe Ecologie Les verts, Rassemblement national, La France insoumise, Les Républicains, PS-Place publique, Renaissance (La république en marche).

À lire >> [Décryptage] Les enjeux du scrutin européen pour l'agriculture française

« Le programme agricole de la France insoumise s’inscrit dans la suite de celui élaboré en 2017 pour la Présidentielle », explique Laurence Lyonnais. Candidate du mouvement de Jean-Luc Mélenchon en 11e position en charge des questions agricoles, elle considère qu’il faut « réinsérer l’agriculture et la fonction productive du secteur agricole, mais aussi le développement rural, dans un projet de société plus global privilégiant les intérêts humains plutôt que les profits de quelques entreprises. »

Laurence Lyonnais dresse d’abord un bilan « catastrophique » sur tous les plans – social, économique, environnemental, territorial et sanitaire – des précédentes et de l’actuelle Pac. « Quand on regarde le nombre d’emplois, le secteur agricole a perdu 76 000 postes en dix ans. »

« Sur le plan économique, on est dans une perte continue de valeur ajoutée, obligeant les agriculteurs à concentrer les exploitations. On est au bout d’un système. »

La France insoumise veut ainsi défendre « un modèle qui peut être la solution, notamment sur le plan des emplois ». « On pourrait créer 100 000 emplois, notamment dans le secteur des fruits et légumes. » Le mouvement mise essentiellement sur la refonte de la Pac. « On veut rajouter un "A" à la Pac, qui deviendrait une "Politique agricole et alimentaire commune" ».

« Nous souhaitons un maintien des soutiens mais un profond changement du mode de répartition, avec trois grands objectifs :

  • la protection des agriculteurs à l’égard des marchés ;
  • la protection des agriculteurs à l’égard du changement climatique ;
  • garantir la souveraineté alimentaire européenne. »

Pour atteindre ces objectifs, la France insoumise propose notamment :

  • la sortie de l’agriculture des traités de libre-échange,
  • une meilleure politique de prix,
  • un encadrement des volumes ;
  • une politique de soutien aux revenus, à l’emploi et à la formation ;
  • une transition agroécologique et biologique, par voie de contractualisation, assise sur une combinaison polyculture-élevage, avec la mise en place de contrats de conversion avec des objectifs de revenus par actif ;
  • une limitation des aides à 60 000 € par actif agricole ;
  • une priorité aux exploitations de moins de 100 ha ;

[Vidéo] Le programme agricole de la France insoumise pour les élections européennes 2019, présenté par Laurence Lyonnais

Cliquez sur la flèche pour lancer la vidéo

Dixit

Sur les OGM :
Les techniques utilisées aujourd’hui profitent surtout aux entreprises qui les produisent. On se rend compte qu’on a plutôt intérêt à bannir ces techniques plutôt que les développer en jouant aux apprentis sorciers."

Sur le changement climatique :

Il y a une conversion à opérer sur les cultures pour privilégier celles les moins gourmandes en eau. Il n’y aura pas de solution miracle avec des retenues d’eau. Le secteur agricole doit réduire sa consommation d’eau. Il faut accompagner ces transitions avec des soutiens."

Au sein de la France insoumise, les questions agricoles sont plus particulièrement portées par

  • Laurence Lyonnais, issue d’une famille d’éleveurs en bio et circuit court, attachée territoriale dans une intercommunalité rurale (11e position)
  • Romain Dureau, ingénieur agronome, doctorant en économie agricole en Auvergne-Rhône-Alpes (24e position)
  • Nathalie Bourras, agricultrice en Corse-du-Sud. (35e position)
  • Laurent Thérond, vigneron dans le Vaucluse depuis 2002, porte-parole départemental pour la Confédération paysanne pendant 10 ans (38e position)

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous