Paroles de lecteurs
HVE = Haute Valeur Environnementale peut-être, mais pas Économique !

Et vous, que pensez-vous de la certification HVE ? N'hésitez pas à commenter cet article ! (©Pixabay // Création Terre-net Média)
Et vous, que pensez-vous de la certification HVE ? N'hésitez pas à commenter cet article ! (©Pixabay // Création Terre-net Média)

Pierre se pose pas mal de questions au sujet de la certification HVE (haute valeur environnementale) : « Comment se traduit-elle sur le plan européen ? Est-ce franco français ? Les produits HVE sont-ils vendus plus cher ? »

Christophe explique : « Pour la HVE niveau 2, c'est un audit de 600 € tous les ans et tu ne valorises pas mieux tes productions, mais tu es plus tranquille pour la Pac en gros. Quant à la HVE niveau 3, vu les exigences sur les phytos, autant passer en bio direct. »

« Quelle différence avec le bio ? »

« Bien résumé, malheureusement... », regrette Benoît.

« Quelle différence avec l'agriculture biologique finalement ? », se demande aussi Pierre, après ces explications.

« Aucune, c'est même un tremplin pour y arriver », répond Gilles.

Olivier est également de cet avis : « Une 2e sorte de bio, caché, non ?? »

« Donc, pour faire simple, le bio a été mis en place et maintenant se casse la g..., le HVE va le remplacer et dans 5 ans, se cassera la g... En fait, ce sont les entreprises de certification qui se les font en or », analyse Frédéric.

« Haut et Vaste Enfumage... pour les producteurs comme les consommateurs ! »

« Du pipeau, quoi ! », juge Clément.

« HVE pour Haute et Vaste Enfumage..., ni plus ni moins que l'agriculture raisonnée qui change de nom », ironise Jean-Pierre.

Didier confirme : « Je bosse en conventionnel raisonné et j'ai été certifié sans rien changer à mes pratiques. »

Aucun changement de pratiques !
Déjà certifiés avant même la certification !!

Gaëtan partage ce point de vue, évoquant « un pseudo label, trompeur et sans valeur pour le producteur et le consommateur ». « Tous les agriculteurs sont éligibles à la HVE, étant donné que les critères n'imposent pas de changement de pratiques, estime-t-il. Et la grande majorité d'entre eux sont déjà atteints avant même la certification ».

« Il y a 15 jours sur LCI, la HVE a été lapidée. Ça ne vaut rien du tout pour le consommateur ! », appuie Daniel.

« Paperasse et contrôles en plus »...

« Aucun intérêt non plus, pour Christophe, à part se faire contrôler et augmenter la paperasse. »

« Et nourrir les parasites qui gravitent autour des producteurs », poursuit Arthur. « Ça crée de nouveaux boulots pour vivre dans l'agriculture mais pas de l'agriculture. »

« Mon fils est HVE 3 pour ses vignes et ce n'est pas plus de papiers », contredit Marie-Cécile.

... « Sans rémunération supplémentaire »

Mickaël redéfinit lui aussi le sigle HVE : « Haute Valeur Économique ??? Mais pas pour celui qui le fait ! Encore une c... franco-française... »

Sauf pour les GMS.

Maxime n'est pas complètement d'accord, citant le « beau crédit d'impôts à la clé ».

« Pourquoi faire cette certification alors que personne la rémunère ? », s'interroge Christophe, répliquant du tac-o-tac : « Sans rétribution, aucun agriculteur ne devrait partir là dedans ! C’est n’importe quoi !! »

« Les GMS » sont les grandes gagnantes comme d'habitude, rétorque Jean-Claude.

« De ce que j'ai pu entendre ou lire, les agriculteurs engagés dans la HVE ont beaucoup d'em..., surtout administratives, et pas de réel gain. En fait, ça leur aurait coûté moins cher de faire les même choses sans la certification », témoigne Jean-François.

« Durcir encore les règles ?! »...

Quant au rapport de l'OFB (Office français de la biodiversité) suggérant de « durcir les règles » de la HVE, Gilles pense que « c'est pour faire croire aux écolos que cette certification marche ». « Du coup, les écolos veulent en rajouter une couche. » 

« Quand on n'a plus de sous à donner pour un label, on renforce les exigences pour pas trop dépenser, ajoute-t-il en répétant : « Et on emmène de force les agriculteurs en direction du bio. (...) »

« Vivement un rapport du monde rural sur les dérives des bureaucrates et autres organismes d’état comme l’OFB !, propose Jean-Christophe. Pourquoi ne pas vérifier et contrôler les horaires et le respect des normes chez tous ces donneurs de leçons et estimer la responsabilité de leur carcan administratif dans le déclin de l’agriculture française ! La profession agricole devrait demander des comptes et défendre ses producteurs envers ces pseudo études toujours à charge. »

Plutôt contrôler tous ces donneurs de leçons !!

« OFB, ONG, tous ces donneurs de leçons qui s'encensent entre eux et refusent de regarder les contraintes pour les agriculteurs, qui ont quand même le mérite de nourrir le monde ! », reprend Guy.

... « pour encore moins d'installations et d'agriculteurs »

Lucas est encore plus catégorique : « On est en train de se tirer une balle dans le pied avec cette m... »

Frédéric détaille : « Toujours plus de certifications et moins le consommateur est informé sur celles-ci. Résultat : une augmentation des coûts de production agricoles, avec de moins en moins d'agriculteurs en France et davantage de produits alimentaires importés ne respectant pas les mêmes normes. »

L’agriculture se meurt de ce trop-plein de certifications...

« Parfait pour que les installations en agriculture diminuent encore, pour dégoûter les jeunes agriculteurs, augmenter le nombre de suicides, faire disparaître le métier d'agriculteur en somme !, déplore Christophe.  Et les politiques s'en br... !! Bravo !!! »

Et Jean-Claude de conclure : « L’agriculture se meurt de ce trop-plein de certifications à ne plus en finir. (...) Un flop sans précédent... »

Inscription à notre newsletter
a lire également

Déja 2 réactions