L'info marché du jour La fièvre porcine fait des ravages et pèse sur le marché des grains

Terre-net Média

Les cours du maïs sont impactés par une baisse de la demande internationale en alimentation animale. En cause : la peste porcine africaine qui ne cesse de se propager en Asie et de massacrer les troupeaux de porcs. Le gouvernement chinois a d'ailleurs annoncé lundi une diminution de 41 % du cheptel porcin en l'espace d'un an.

CochonsLa fièvre porcine a décimé près de la moitié du cheptel porcin chinois en un an. (©Pixabay)

La demande internationale reste faible pour le maïs. Les besoins en alimentation animale subissent les conséquences de la fièvre porcine. Qui dit moins de porcs, dit moins de bouches à nourrir. Cette réduction de la demande limite les possibilités des grands exportateurs d'écouler leur production et pèse sur les cours. En Asie, la peste porcine africaine décime les cheptels. Elle s’est répondue très largement et la liste des pays touchés ne cesse de s'allonger. Le virus s’est également propagé en Europe de l’Est. À l'heure actuelle, aucun vaccin n'est disponible et le virus est mortel pour les porcs. Selon l’OMS, la peste porcine africaine est dorénavant présente dans plus d’une cinquantaine de pays. Notons cependant que la demande devrait rebondir courant 2020, selon la Rabobank, à mesure de la reconstitution des troupeaux porcins et du fait que les agriculteurs pourraient augmenter leur production d'autres protéines, comme le poulet.

Chaque jour de la semaine, avec « L'info marché du jour », Terre-net sélectionne pour vous une information sur un fait impactant les cours des céréales et/ou des oléagineux.

Depuis 2018, des dizaines de millions de porcs ont dû être abattus, ce qui a engendré une diminution de 41 % du cheptel porcin en Chine sur un an, annonçait ce lundi le gouvernement du pays. La baisse pourrait même atteindre 55 % d’ici la fin 2019, ont affirmé des analystes de Rabobank il y a quelques jours. Le rythme de perte devrait toutefois diminuer, compte tenu des mesures prises par le gouvernement chinois et de la réduction du nombre d'exploitations agricoles.

Pour combler le déficit national, les importations chinoises de viande porcine ont bondi. Le pays a déjà acheté 700 kt de porc américain en 2019. La situation a engendré une hausse des prix conséquente : + 84 % pour le prix au détail du porc début octobre par rapport à l'année précédente, selon les données du ministère de l'agriculture et des affaires rurales.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur    Les marchés agricoles de Terre-net.fr 

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous