Rapport Cyclope 2018 La prospérité est de retour, mais pas pour les agriculteurs européens

AFP

Le nouveau rapport Cyclope sur les marchés mondiaux de matières premières célèbre le retour de la croissance mondiale, mais celle-ci ne profitera pas forcément à tous et notamment pas aux agriculteurs européens, toujours fragilisés par des cours déprimés.

Bateau de bléLa Russie et l'Ukraine sont redevenues le premier bassin exportateur mondial de céréales. (©Terre-net Média)

« Der Himmel lacht ! Die Erde jubilieret », (le ciel rayonne, la terre jubile) : cette 32e édition du rapport annuel Cyclope célèbre le retour d'une croissance économique mondiale qui « frôle les 4 % comme au début du siècle ». Mais « sur les grands marchés agricoles, les grands produits végétaux, il n'y a malheureusement pas grand-chose à espérer, du point de vue du réajustement des déséquilibres mondiaux », a déclaré Philippe Chalmin, professeur d'histoire économique à l'université Paris-Dauphine et co-directeur du rapport.

« En dehors du cas du soja (sécheresse en Argentine, notamment), sur les grains au sens large, on n'a rien à se mettre sous la dent », ajoute Philippe Chalmin, qui souligne qu'« on nous annonce des récoltes sur la mer Noire, qui vont être encore record », alors que cette zone, qui comprend notamment la Russie et l'Ukraine, est déjà redevenue « le premier bassin exportateur mondial de céréales ». Si certains observateurs estiment que faire concurrence à ces pays est devenu vain, Philippe Chalmin relève que la France, notamment, a « une des productions de blé parmi les plus efficientes au monde » : « le modèle peut évoluer, mais il serait absurde de tirer un trait sur les capacités européennes en général et françaises d'exportation ».

Le secteur du sucre souffre, lui, d'une forte surproduction. Alors que l'Europe a mis fin en 2017 à la politique agricole commune ancienne formule, celle des quotas, cette évolution a pris place « au pire des moments en termes de conditions de marché », relève Philippe Chalmin, qui souligne notamment l'explosion de la production indienne, avec une augmentation de 4,5 millions de tonnes. Résultat, « des excédents dépassant les 10 millions de tonnes, sur une production de l'ordre de 180 millions de tonnes », souligne Philippe Chalmin.

Le rapport Cyclope a été rédigé par plus de 70 spécialistes des matières premières sous la direction d'Yves Jegourel, maître de conférences à l'université de Bordeaux et de Philippe Chalmin.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous