Chicago hebdo Le temps sec et chaud aux USA dope les cours agricoles

AFP

Les cours du blé, du soja et du maïs ont nettement monté cette semaine à Chicago, dopés par un temps sec et chaud sur une bonne partie des régions productrices qui fait craindre pour les rendements.

BléLes opérateurs s'interrogent sur la qualité du blé aux Etats-Unis.  (@Terre-net Média)

« Les gains observés pour les trois principaux marchés agricoles sont attribuables à la météo », a commenté Bill Nelson de Doane Advisory. Un temps estival a touché le nord de la région productrice des grandes plaines (centre des Etats-Unis) et devrait, selon les modèles météorologiques, perdurer jusqu'au milieu de la semaine prochaine. « Les fonds spéculatifs achètent chacun de ces trois produits juste au cas où les pluies ne viendraient pas et que ce schéma sec persisterait », a expliqué Bill Nelson. En cela, ils pariaient sur les erreurs possibles des prévisions météorologiques qui annoncent des précipitations pour la seconde partie de la semaine prochaine mais sont susceptibles de plus d'imprécision à cette échéance.

Pour l'instant, le temps sec et chaud n'a pas causé trop de dommages pour les cultures de maïs et de soja mais elles vont devenir plus vulnérables à partir de leur période de pollinisation à la fin du mois. Quant au blé, les conditions de culture du blé de printemps ont été nettement revues à la baisse lundi par le département américain de l'agriculture (USDA). « Bien que le blé de printemps ne représente que 15 % de la récolte totale de blé, cela pourrait être le moteur causant une liquidation des paris à la baisse qu'avaient pris les fonds spéculatifs », a estimé Dewey Strickler de Ag Watch dans une note.

La météo au centre des préoccupations

Les conditions de culture du blé d'hiver, qui représente la grande majorité de la récolte aux Etats-Unis, ont également été un peu révisées à la baisse au moment où les moissons ont commencé dans les Etats du sud.

Dans ce contexte centré sur la météo, la marché a choisi d'ignorer des chiffres du rapport mensuel sur l'état de l'offre et de la demande de l'USDA, dit Wasde, qui « avaient le potentiel pour faire baisser les prix », selon Bill Nelson.

Les investisseurs garderont les yeux rivés vers le ciel hormis mercredi quand la Réserve fédérale américaine (Fed) annoncera une décision sur sa politique monétaire. Les marchés s'attendent à ce qu'elle relève ses taux mais les éléments qu'elle donnera sur le rythme du resserrement monétaire au-delà pourraient donner le ton à un dollar actuellement proche de ses niveaux les plus bas depuis l'élection de Donald Trump début novembre. Un dollar plus faible rend mécaniquement les produits américains plus compétitifs sur le marché international et favorise donc les prix à Chicago. Cela peut particulièrement jouer pour le soja qui est en concurrence avec une récolte brésilienne très importante.

Le boisseau de maïs (environ 2 kg) pour livraison en juillet, le contrat le plus actif, a terminé vendredi à 3,8775 dollars, contre 3,7275 dollars en fin de semaine précédente (+ 4,02 %). Le boisseau de blé pour juillet, lui aussi le plus actif, valait 4,4575 dollars, contre 4,2950 dollars auparavant (+ 3,78 %). Le boisseau de soja pour juillet, là encore le plus échangé, coûtait 9,4150 dollars, contre 9,2100 dollars précédemment (+ 2,20 %).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous