Euronext Les prix du blé connaissent une petite hausse, dans le sillage de Chicago

AFP

Les prix du blé repartaient en petite hausse jeudi à la mi-journée, dans le sillage de Chicago où le blé a également rebondi, soutenu par une baisse du dollar.

« Pour l'instant, on a l'impression que ça vient de Chicago. Les prix russes, français, européens, ukrainiens se stabilisent un petit peu parce qu'ils étaient quand même très bas », commentait Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage. Il soulignait qu'avec sa grosse production, la France va devoir exporter en moyenne un million de tonnes de blé chaque mois, lourde tâche face à une concurrence toujours effrénée des pays de la mer Noire, comme la Russie ou l'Ukraine. « On n'a pas le droit d'être trop chers », soulignait Damien Vercambre, selon qui les négociants trouvent des destinations originales pour écouler leurs marchandises, comme la Chine : « cette année, on ne pourra pas se contenter de l'Algérie et de l'Afrique noire », soulignait-il en faisant référence aux quelque 12 millions de tonnes à écouler.

Si la récolte de blé a été très bonne en France, celle de maïs s'annonce, sans surprises, très mauvaise en raison de la sécheresse qui a frappé le pays cet été. « Les rendements s'annoncent très contrastés et inférieurs à la moyenne quinquennale au niveau national », selon un premier bilan dressé par l'AGPM (producteurs de maïs). « Seul le sud-ouest de la France tire son épingle du jeu, avec des pluies salvatrices qui permettent d'envisager des résultats prometteurs. Pour le reste du territoire, les rendements seront affectés, y compris pour les cultures irriguées sur les bassins concernés par des restrictions d'irrigation parfois précoces. »

Selon l'AGPM, cette mauvaise récolte, conjuguée à la forte baisse des cours enregistrée durant l'été, va entraîner un net repli des revenus des producteurs, avec en parallèle des importations qui filent vers de nouveaux records, « avec déjà 3,2 millions de tonnes enregistrées pour les deux premiers mois de la campagne, contre 1,4 million de tonnes pour les trois dernières années ».

Peu avant 13 h (11 h GMT) sur Euronext, la tonne de blé regagnait 50 centimes d'euro sur l'échéance de septembre à 158,75 euros et 1 euro sur celle de décembre à 167,25 euros, pour un peu plus de 8 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était inchangée, tant sur l'échéance de novembre à 161,25 euros, que sur celle de janvier à 166,50 euros, pour moins de 50 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous