Rapport USDA Les stocks de blé européen en baisse, statu quo aux États-Unis

AFP

Les stocks de blé européens ont été légèrement revus à la baisse, à 10,8 millions de tonnes (- 1,7 Mt) pour la fin de la campagne de commercialisation en cours, selon un rapport mensuel du ministère américain de l'agriculture publié vendredi soir.

Stock de bléLes stocks mondiaux de blé baissent légèrement (- 1,5Mt). (©Terre-net Média)

Cette révision du ministère, qui table sur de meilleures exportations européennes, entraîne une légère baisse des stocks mondiaux à 288 Mt (- 1,5 Mt), alors que les États-Unis contiennent leurs stocks par une légère amélioration de la consommation intérieure. Car côté exportations, rien ne bouge, alors que les marchés comptaient sur la conclusion de l'accord sino-américain pour dégager le ciel US.

Mais ce rapport ne touche pas aux projections d'importations chinoises, à 3,2 Mt, « alors qu'on s'attendait plutôt à un chiffre autour de 5 », a indiqué à l'AFP Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel.

Baisse des surfaces de blé aux États-Unis

Concernant les surfaces de culture du blé aux États-Unis pour la prochaine récolte, elles sont, comme attendues par le marché, revues à la baisse, en l'occurrence de 1 % par rapport à l'an dernier. « Le marché s'attendait à une baisse de 1,5, pour ne pas dire 2 % », a affirmé Gautier Le Molgat.

Concernant le maïs, les stocks mondiaux baissent légèrement (297,8 Mt, - 2,7 Mt), mais le rapport affiche surtout une nette hausse de la consommation intérieure américaine, notamment en aliment du bétail (140,3 Mt, + 6,3 Mt), qui permet de compenser des exportations en berne (45 Mt, - 2 Mt). « L'alimentation animale aux États-Unis profite des prix bas pour consommer du maïs », a commenté Gautier Le Molgat.

Enfin, concernant le soja, rien ne change côté américain, et notamment les exportations qui ne bougent pas. De manière cohérente, le rapport ne touche pas au niveau d'importation de la Chine, à 85 Mt. En revanche, il revoit légèrement à la hausse la trituration chinoise (broyage de la graine en vue d'extraire de l'huile) à 85 Mt (+ 500 000 tonnes), qui permet de réduire quelque peu les stocks du pays (19,7 Mt). « Ces besoins en huile pourraient apporter un peu de soutien sur ce marché », a estimé Gautier Le Molgat, qui estime le rapport comme globalement plutôt neutre pour les marchés des céréales.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous