[Reportage] Au port de Dunkerque Nord Céréales se lance dans l’import pour mieux sécuriser l’export de céréales

Terre-net Média

Pour sécuriser davantage ses résultats, mais aussi optimiser les coûts d’exportations de céréales, Nord Céréales s’engage dans une stratégie de diversification. La société, détenue par tous les acteurs céréaliers du nord de la France, et gérant le terminal céréalier au cœur du gigantesque port maritime de Dunkerque, va développer l’importation d’autres produits, comme les pellets de bois.

Laurent Bué, agriculteur et président de Nord Céréales, et Joël Ratel, directeur de la Sica. Laurent Bué, agriculteur et président de Nord Céréales, et Joël Ratel, directeur de la Sica, devant le vraquier Irene, dans lequel Nord Céréales a chargé 60 000 t d'orges pour l'Arabie Saoudite. (©Terre-net Média)

I mporter d’autres produits, comme des pellets de bois, pour mieux valoriser les céréales à l’export : telle est la stratégie de diversification qu’a choisi Nord Céréales , la Sica (Société d’intérêt collectif agricole) détenue par les coopératives, négociants et acteurs céréaliers des Hauts-de-France . La société, qui gère le 3 e silo céréalier de France – après Rouen et La Pallice – implanté au centre du gigantesque port maritime de Dunkerque , lui-même situé au bord de la route maritime la plus fréquentée d’Europe, veut profiter davantage de cette place privilégiée.

« Nord Céréales connaît depuis quelques années des résultats hétérogènes, liés aux rendements et cours des céréales », explique Joël Ratel, directeur de la Sica. « Afin d’assurer la pérennité de Nord Céréales, nous avons repensé la stratégie d’entreprise, tout en valorisant notre savoir-faire et nos installations. Ainsi, fort de son positionnement, l’entreprise étend ses activités à l’importations de produits agricoles et non agricoles. »

[Image interactive] Visite en image de Nord Céréales, 3e silo portuaire français, en plein coeur du port maritime de Dunkerque

Cliquez sur le bouton à droite pour agrandir le visuel.(©Terre-net Média)

La Sica vient de créer trois filiales distinctes pour développer ces nouvelles activités. La première, DKIE – Dunkerque Import Export, détenue à 100 % par Nord Céréales permet l’importation de maïs, d'engrais et de pellets de bois à destination des industriels et des collectivités, et l’exportation de pastilles de soufre pour Total. « Pour les pellets de bois, qui viennent de Russie, nous travaillons pour le compte d’AOT Belgium. L’entreprise belge fournit, par exemple, la matière première pour la chaufferie de Saint-Ouen, en banlieue parisienne. Celle-ci consomme 120 000 t de granulés de bois chaque année.

Sur le plan logistique, Nord Céréales prépare l’avenir en s’associant à Barra, spécialiste de la manutention portuaire à Dunkerque, pour créer Norceba. L’entité permettra de mettre en commun les moyens humains, matériels et capitaux, en vue de développer de nouvelles filiales pour de nouveaux marchés.

Ça envoie du bois

Et parmi ces nouveaux marchés figurent les granulés de bois pour les particuliers. Norceba s’est elle-même associée avec Euro Energies, filiale de Poujoulat, spécialiste des cheminées pour maisons individuelles. « Euro Energies est le leader français des combustibles et granulés de bois. » Au sein d’une société commune – BGDK pour Bois granulés Dunkerque – détenue à 60 % par Norceba, Nord Céréales va s’équiper d’une ligne d’ ensachage de granulés et d’une cour de stockage début 2019. « Dunkerque est le point de chute idéal pour proposer une offre locale aux différents réseaux de distribution », poursuit Joël Ratel.

Le développement de ces activités devrait coûter autour de 20 M€ à Nord Céréales. La Sica s’est déjà équipée, en juin dernier, d’un nouveau portique de déchargement plus polyvalent permettant de décharger aussi bien des bateaux de 63 000 t que des barges, une première en France. Les investissements vont s’échelonner encore jusqu’à la fin de 2019. « Nord Céréales va racheter un bâtiment appartenant au port pour permettre à DKIE de stocker des engrais . La filiale va s’équiper d’un système de pulvérisation et d’un nettoyeur pour traiter les pellets de bois destinés aux industriels et collectivités », détaille le directeur.

Deux bâtiments seront également aménagés pour créer une ligne d’ensachage en lien avec l’importation de pellets de bois par BGDK.

Près d’1 Mt de blé exporté en 2017-2018

Et les céréales dans tout cela ? « Les céréales restent bien évidemment notre cœur de métier », explique Laurent Bué, agriculteur dans le Pas-de-Calais, vice-président d’Unéal et président de la Sica. Au cours de la campagne 2017-2018, Nord Céréales a expédié 895 500 t de blé, représentant les deux tiers du volume exporté. 348 000 t d’orge et 84 700 t de pulpes ont également transité par le terminal céréalier. Côté importations, Nord Céréales fait figure de place incontournable pour l’ importation de maïs destiné à l’alimentation animale. 127 500 t ont transité par les silos portuaires.

« Notre chiffre d’affaires 2018 a légèrement diminué, à 10 M€ contre 11,2 M€ l’année précédente. Mais grâce au lancement de notre stratégie de diversification à l’import, notre résultat net est stable, à 1,125 M€ cette année. Cela nous a permis de procéder à une ristourne de 0,486 €/t. » La ristourne est répercutée pour moitié aux exportateurs et pour moitié aux apporteurs de céréales – les coops et négoces – contribuant ainsi indirectement à améliorer la compétitivité des infrastructures. « Le tout va dans l’intérêt des producteurs », insiste Laurent Bué.

Gagner quelques euros de compétitivité

L’utilisation des infrastructures de Nord Céréales pour l’importation, et non plus l’exportation de céréales, vise « à faire repartir les camions pleins » et, in fine, optimiser les coûts logistiques. Par cette stratégie vers l’importation, Nord Céréales entend surtout être moins dépendant du dynamisme des exports de céréales, secteur de plus en plus concurrentiel avec la montée en puissance des exportations de blé russe . « Les vélléités des autorités russes pour conquérir le marché algérien  sont une menace pour la France », commente Laurent Bué. « Pour ce qui est du débouché égyptien, nous avons tous les atouts, et surtout toutes les infrastructures pour expédier du blé répondant aux normes exigées par le Gasc. »

Faire venir le blé dans nos silos en barge plutôt qu’en camion, cela nous permettrait d'économiser jusqu'à 3 €/t en coût logistique.

Outre leur positionnement stratégique sur la façade de la mer du Nord et de la voie maritime la plus fréquentée d’Europe, les silos de Nord Céréales se situent au pied du canal de Dunkerque-Escaut, relié à l’ensemble du réseau navigable nord-européen. Les responsables de la Sica espèrent bien voir lancé puis finalisé le projet de liaison fluviale à grand gabarit Seine-Nord Europe . « Faire venir le blé dans nos silos en barge plutôt qu’en camion, cela nous permettrait d'économiser 2-3 €/t », résume Laurent Bué. Soit quelques euros économisés pour la compétitivité des blés français à l’export. Mais il faudra être patient. Edouard Philippe, le Premier ministre, a annoncé en juin dernier un lancement des travaux au second semestre 2020, pour une inauguration en 2027.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous