; Agco développe une adaptation de semoir monograine au relay-cropping

Relay Cropping Un prototype d'adaptation de semoir développé par Agco

Terre-net Média

Depuis plusieurs années, Agco travaille en partenariat avec l'Inrae sur la technique du relay cropping. Pour le constructeur, le but de ce projet est d'apporter une réponse à l'évolution du matériel existant pour satisfaire les besoins des agriculteurs, actuels et futurs.

Prototype d'adaptation d'un semoir monograine au relay-cropping réalisé par AGCO.Prototype d'adaptation d'un semoir monograine au relay-cropping réalisé par Agco. (©Terre-net Média)

Lors de la journée technique végétale UnitechDays qui avait pour thème la réduction de la dépendance des exploitations aux intrants, Agco présentait son prototype d'adaptation d'un semoir monograine à la pratique du relay-cropping.

Le relay-cropping, comprenez culture-relais, consiste à implanter une culture de printemps entre les rangs d'une culture d'hiver déjà en place. Les premiers essais réalisés consistaient à semer du soja au printemps, entre les rangs de l'orge d'hiver au stade montaison/épiaison.

Cette technique nécessite quelques adaptations sur le semoir de la culture d'hiver avec la fermeture de rangs pour laisser la place libre, mais surtout sur le semoir monograine de la culture de printemps (du soja dans le cadre de ces essais), afin d'implanter correctement la deuxième culture, sans écraser ou endommager la première. En partant d'un produit standard du marché, Agco a imaginé et réalisé plusieurs modifications pour rendre ce prototype plus adapté aux exigences de cette technique :

  • création d'un cadre d'attelage pour remonter la hauteur de l'ensemble du semoir, principalement la poutre, avec aussi la possibilité de déporter latéralement l'outil par rapport au tracteur en fonction de la compatibilité des voies ;
  • ajout de supports fixés sur la poutre, sur lesquels sont attachés les éléments semeurs. Cela permet de redescendre les éléments semeurs et de travailler normalement, malgré la réhausse du semoir ;
  • positionnement des roues du semoir entre les rangs de la culture d'hiver, afin de ne pas abîmer celle-ci. Les roues du semoirs se trouvent donc alignées sur 2 éléments semeurs ;
  • ajout de dents pour ouvrir le sol derrière les roues du tracteur. Cela permet d'effacer l'impact du tassement ;
  • remplacement de la distribution mécanique par une distribution électrique (origine Precision Planting). L'objectif est de faciliter la distribution des graines ;
  • ajout de Smart Firmers (origine Precision Planting), capteurs optiques pour mesurer principalement la matière organique et l’humidité dans le sol ;
  • ajout de déflecteurs de chaque côté des éléments semeurs pour écarter la culture en place du passage de l'élément semeur.

Les adaptations réalisées sur ce semoir monograine permettent d'éviter d'abîmer la culture d'hiver déjà en place.Les adaptations réalisées sur ce semoir monograine permettent d'éviter d'abîmer la culture d'hiver déjà en place. (©Terre-net Média)

La densité de semis attendue avec ce semoir modifié est d'une graine de soja tous les 4 cm, avec un inter-rang de 50 cm.

Jusqu'à maintenant, les essais réalisés par Agco et l'Inrae étaient centrés sur le développement principal de la culture d'hiver. Or, pour l'année 2022, le choix a été fait de réaliser une campagne d'essais dans une parcelle à fort potentiel pour la culture de soja, dans le sud-ouest de la France, ce qui rend le besoin en matériel adapté d'autant plus important pour optimiser la culture de printemps.

Les prochains essais de semis sur la saison 2022 détermineront si le semoir est adapté à la pratique du relay-cropping à plus grande échelle.

Après le défi de l'implantation, c'est celui de la récolte qui s'annonce, avec l'adaptation des machines de récolte - afin de récolter la culture d'hiver tout en préservant celle de printemps encore en développement.

Outre l'ajout de patins sur la coupe de la moissonneuse-batteuse, l'idéal serait de remplacer les roues existantes (qui écrasent certains rangs de la seconde culture) par des roues jumelées ou des chenilles étroites, qui passent sur les rangs de la culture d'hiver récoltée.

Pour Agco, investir dans cette technique consiste à proposer des pistes d'évolution du matériel existant aux problématiques des agriculteurs en favorisant les cultures protéagineuses, en réduisant les intrants (économie d'un fongicide et possibilité de désherbage mécanique de la culture d'hiver), et en atténuant les conséquences des aléas climatiques (deux cultures au lieu d'une).


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média