Céréales à paille 30 % de semences en moins grâce au semis de précision

Nathalie Dubois Terre-net Média

Initié il y a 30 ans avec le Turbosem de Herriau, le semis de précision attire, pour l’instant, peu de céréaliers en France. Aujourd’hui, il est de nouveau d’actualité, grâce notamment au dispositif de semis graine à graine de Horsch.

Dispositif graine à graine proposé par Horsch à adapter sur les semoirs à céréales Le nouveau dispositif graine à graine proposé par Horsch, à adapter sur ses semoirs à céréales. (©Horsch)

En 2003, Arvalis-Institut du végétal mettait en avant dans Perspectives Agricoles la qualité de semis et la précision de placement graine à graine mais relevait plusieurs points faibles, limitant la diffusion de cet outil auprès des exploitants agricoles : une faible autonomie de trémie, une vitesse de travail réduite (5 à 6 km/h) et un coût élevé. Finalement, en 2016, le groupe Exel, qui avait repris Herriau en 2003, revend ce matériel au distributeur belge Vallaey. Entre-temps, d’autres constructeurs ont essayé de proposer ce type de semoir, là encore, sans réel succès auprès des producteurs. 

Un dispositif spécifique à adapter sur le semoir

Semoir de précision Turbosem lancé par Herriau en 1988Lancé à la fin des années 80, le Turbosem de Herriau n’a pas réussi à s’imposer. (©Nathalie Dubois)Jean-Paul Daouze, conseiller machinisme à la Chambre d’agriculture de la Marne, a expérimenté pour la première fois cet engin à l’automne 2016. « Nous avions effectué les premiers essais de semis de précision en 1998, avec le semoir Herriau, et nous avions montré que cette technique permettait d’économiser de la semence. Il n’était donc pas nécessaire de revenir sur cet aspect cette année, explique-t-il. En gros, quels que soient le type de sol et la date de semis, le semis de précision réduit de 30 % l’investissement en semences. »

Adapté aux blés hybrides : « Parmi les agriculteurs ayant acheté un semoir Herriau dans les années 1990, quelques-uns produisaient du blé hybride, souligne Pierre-Louis Carrier, chef de marché chez le semencier Saaten Union. À l’époque, avec des variétés hybrides bien spécifiques, et un très bon semoir de précision, certains producteurs sont descendus à des densités de semis de 75 grains/m! Aujourd’hui, pour notre gamme hybride, nous conseillons plutôt 150 grains/m2 avec un outil classique, et 100 à 110 grains/m2 avec un semoir de précision. »

Pour le spécialiste, si on cherche à diminuer la quantité de graines semées, la seule solution est d’améliorer leur placement. « À l’époque, l’intérêt était d’obtenir le même rendement qu’en semis classique avec une densité adaptée au type de sol, à la date de semis et au précédent », précise Jean-Paul Daouze.

« Par contre, le semis de précision à plus faible densité a un impact sur le salissement des parcelles. En effet, lorsqu’on réduit la densité de semis, la concurrence des mauvaises herbes augmente. Si on dispose de l’arsenal chimique pour les contrôler, pas de problème. Toutefois, il faut connaître ce risque. »

« En 2016-2017, nos tests avec le semoir Horsch ne portaient plus sur les avantages ou non du semis de précision, mais sur la réponse vis-à-vis de l’azote, ajoute le conseiller. Néanmoins, la campagne a été atypique, avec un hiver et un printemps très secs et des niveaux de tallage plutôt modestes. Difficile donc de tirer des conclusions. C’est pourquoi nous avons renouvelé l’expérimentation cette année, avec deux densités de semis et différentes modalités d’apport d’azote. »

Ne pas réduire l’écartement entre rangs : Certains exploitants pourraient être tentés d’utiliser leur semoir de précision multi-espèces pour semer du blé ou de l’orge et employer ensuite leur bineuse. Mais selon Arvalis-Institut du végétal, le rendement est pénalisé car la composante "nombre de grains par m2" reste en retrait avec des inter-rangs de 25 cm ou plus, par rapport aux semis traditionnels à moins de 20 cm. Dans des essais conduits il y a quelques années par l’institut technique, la baisse de rendement était de 6 % en moyenne pour des écartements de 25 cm, et de 15 % pour des inter-rangs de 35 cm. À noter qu’en matière de binage, des matériels plus récents autorisent des semis plus étroits. 

D’après Horsch, une cinquantaine d’équipements graine à graine fonctionnent actuellement en Europe sur des semoirs de la marque. « En semis graine à graine, chaque grain semé germe et les talles secondaires se développent de la même manière que les talles primaires », indique Étienne de Saint Laumer, du service marketing.

Des talles homogènes

« Ceci explique l’optimisation de la densité de semis. En conditions idéales, le semis graine à graine permet d’emmener toutes les talles jusqu’au bout et apporte un gain de rendement de 2 à 3 q/ha. Pour que ça marche, les semences doivent être parfaitement calibrées, le champ bien préparé, y compris en TCS, et la densité adaptée. Les variétés qui tallent bien conviennent mieux à ce type de semis. »

Même si le principal bénéfice du semis graine à graine est d’économiser de la semence, certains essais ont mis en évidence des gains de rendement ; comme ceux que le semencier allemand Lochow, filiale du groupe KWS, a conduit en seigle et blé, de 2013 à 2015 sur neuf sites au nord de l’Allemagne, avec un semoir de précision Kverneland et à un intervalle classique pour les céréales à paille. Résultat : les rendements progressent en moyenne de 3 à 4 % en semis de précision, selon la céréale et la densité de semis. À faible densité, l’écart est un peu plus important. 

Essais de semis de seigle et de blé avec un semoir de précision et un semoir classiqueLes rendements progressent en moyenne de 3 à 4 % avec un semoir de précision (de marque Kverneland ici). (©KWS-Lochaw)

Pour accéder au livre blanc consacré au semis de précision, cliquez ici. Au sommaire :

  • Des économies de semences grâce au semis de précision des céréales à paille
  • Les plus du semoir monograine pour le colza
  • Profondeur régulière et désherbage facilité pour la féverole
  • Graine à graine pour un soja qui tienne
  • L’usage d’un semoir monograine est indispensable pour le tournesol
  • La betterave, une culture exigeant un semis de précision
  • Le semis graine à graine du maïs, précis et régulier

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous