L'actu de Terres Inovia Colza : Quelles cultures en cas de retournement ou de non semis ?

Terre-net Média

La décision de remplacer du colza, ou de ne pas semer de colza, a déjà été prise dans les situations les plus catastrophiques. Mais dans la majorité des cas, il convient d’attendre la sortie de l’hiver pour évaluer le potentiel en place.

ColzaBien évaluer le potentiel du colza en place avant de le retourner. (©Terre-net Média)

Avant toute chose, il est important de rappeler que retourner un colza conduit normalement (désherbage, semences, fertilisation, ….) est rarement rentable. Il est donc nécessaire d’évaluer le potentiel réel du colza en place avant de prendre toute décision de retournement. Différents critères entrent en considération comme le peuplement et la biomasse. Le contexte de la parcelle - hydromorphie, enherbement, défaut d’enracinement et dégâts de ravageurs qui sont des facteurs aggravants - est aussi important à prendre en compte.

Potentiel du colza en fonction du type de sol et de la biomasse sortie hiverPotentiel du colza en fonction du type de sol et de la biomasse sortie hiver (©Terres Inovia)

Un colza avec une densité entre 5 et 10 pieds/m² et une très faible biomasse (< 100 g/m²) peut éventuellement être conservé en sol profond si aucun autre facteur aggravant n’est présent, avec une altération attendue du potentiel. En sol superficiel, il est préférable d’envisager un retournement du colza, le potentiel de la culture ne sera pas suffisant.

C’est à partir d’une densité de 10-15 pieds/m² que la culture ne doit pas être, a priori, retournée, tout dépendra de la présence de facteurs parcellaires aggravants (attaque sévère de ravageurs, enherbement…). Au-delà d’une biomasse de 600 g/m², le colza doit être conservé.

Quelles cultures choisir en cas de retournement ou de non semis ?

Attention : Cette année est particulière au regard des conditions très sèches qui n’ont pas permis de faire de faux-semis pour gérer les graminées très présentes la campagne précédente. Remplacer le colza par une céréale d’hiver n’est pas sans conséquence sur les assolements et sur la gestion des graminées (vulpin, raygrass et repousses) : avec l’absence de faux semis, la situation pourrait être explosive. Le maintien de cultures « têtes de rotation » est essentiel. Les cultures de printemps permettent également d’activer de bons leviers agronomiques dans la gestion des graminées dans la rotation.

En premier lieu, le choix de la culture de remplacement doit se raisonner en fonction des herbicides qui ont pu être appliqués à l’automne sur les cultures retournées, que ce soit du colza ou des céréales. Si plusieurs herbicides ont été utilisés, il faut suivre les recommandations du produit le plus limitant en termes de remplacements possibles. Renseignez-vous auprès de vos conseillers habituels ou sur le site internet de Terres Inovia.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Cultures de printemps en cas de retournement ou de non semis du colzaCultures de printemps en cas de retournement ou de non semis du colza (©Terres Inovia)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous