En vidéo Gilles vk : « pourquoi je détruis mon couvert au glyphosate ? »

Terre-net Média

Afin de développer la vie du sol sur son exploitation, Gilles vk s'est tourné vers l'agriculture de conservation. Il implante notamment des couverts multi-espèces et limite au maximum le travail du sol. Pour la destruction des couverts, il a choisi la solution chimique avec le glyphosate. Il nous explique son choix.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Agriculteur dans le Loiret, Gilles vk cherche « les meilleures solutions pour développer la vie de ses sols ». Pour cela, il teste, depuis environ 4 ans, l'agriculture de conservation (ACS) sur une partie de son exploitation : « j'essaye de limiter au maximum le travail du sol dans ces parcelles », de façon à « favoriser la présence des vers de terre, des champignons et des bactéries », explique l'agriculteur sur sa chaîne Youtube.

La couverture des sols est également un des piliers de l'ACS. Dans une vidéo, il présente l'un de ses couverts multi-espèces composé de tournesol, féverole, trèfle, vesce... qu'il a implanté après la moisson et avant un blé. Les objectifs de ce couvert : « couvrir le sol (comme son nom l'indique) afin d'éviter les agressions des différents éléments extérieurs, favoriser la vie du sol et produire de la biomasse permettant de remobiliser les éléments du sol pour la culture suivante », explique Gilles vk. Avant l'implantation du futur blé, ce couvert doit être détruit.

L'agriculteur énumère alors les différentes possibilités de destruction :

  • le broyage : « très bien, cela permet de broyer toute la biomasse, mais deux problèmes se posent : il y aura plein de résidus en surface et pour passer avec le semoir, ce sera compliqué. Cela pourrait entraîner un mauvais contact entre le sol et la graine. [...] Donc si je broie, il faudra que j'ai recours au travail du sol, alors que j'essaye de le limiter »
  • le passage d'un rouleau : « cela fonctionne bien aussi, mais seulement sur certaines plantes comme le tournesol. Sur d'autres plantes (trèfle, ray-grass ou matricaire), c'est plus compliqué ».
  • le travail du sol : « il va déranger la structure du sol et enfouir de la matière dans le sol, qui aura plus de mal à se dégrader sans air... »
  • il reste donc une solution, que Gilles vk a choisi : le traitement chimique avec du glyphosate (dose utilisée : 700 g/ha), qui permet de « bloquer la photosynthèse l'ensemble des plantes présentes et de semer le blé sans qu'il reste de mauvaises herbes ». Ce passage de glyphosate peut être réalisé « après le semis ou à l'idéal une dizaine de jours avant ». En cas de biomasse vraiment importante, un passage de rouleau peut être envisagé avant.

« Cette solution semble la moins néfaste pour les sols. [...] Peut-être que je me trompe ? L'avenir nous le dira », commente l'agriculteur. Il constate toutefois une réelle « amélioration de la vie de ses sols » depuis cette transition vers l'ACS.

Et vous ? Comment détruisez-vous vos couverts ? N'hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous