; Reconnaître les larves d'insectes piégées par la méthode Berlèse

L'actu de Terres Inovia Méthode Berlèse en colza : des larves d'insectes à ne pas confondre !

Terre-net Média

Dans le quart nord-est, des insecticides ont été réalisés contre les adultes de grosses altises avec plus ou moins de succès en fonction des niveaux de résistance et du choix de la matière active. Il faut maintenant suivre l’évolution des populations larvaires qui pourraient atteindre le cœur de la plante et entraîner au printemps jusqu'à la destruction de celle-ci.

Les premières captures d’adultes de grosses altises ont débuté il y a plus ou moins longtemps en fonction des secteurs (entre le 20 et le 25 septembre pour la Bourgogne-Franche-Comté). Pour ne pas pénaliser la croissance des plantes encore sensibles (< 4 feuilles) aux défoliations (ou piqûres) de ces ravageurs, des insecticides ont été réalisés avec plus ou moins de succès en fonction des niveaux de résistance et du choix de la matière active.

Il faut maintenant suivre l’évolution des populations larvaires qui pourraient atteindre le cœur de la plante et entraîner au printemps jusqu’à la destruction de celle-ci. Rappelons que la stratégie de lutte contre les larves est déconnectée de celle utilisée pour le contrôle des adultes.

Insecticides efficaces sur des larves aux stades L1 et L2

Pour être efficace, l’intervention chimique doit être positionnée sur les stades larvaires sensibles (L1 et L2), c'est-à-dire quand les larves sont encore mobiles. Pour suivre la pression larvaire, la méthode conseillée est la méthode Berlèse. >>> Tuto vidéo sur la méthode Berlèse

Larves de grosse altise.Deux larves de grosse altise dans le même pétiole dont une au stade L1 et une à L3. (©Terres Inovia)

L’extraction des larves par cette méthode permet également, par une simple observation de celles-ci, de repérer leur stade larvaire : L1 pour les plus jeunes larves, puis L2 et L3 au fur et à mesure de leur croissance.

Cette méthode est actuellement mise en œuvre dans nos labos pour repérer l’apparition des premières larves (L1, les plus jeunes et plus petites). Attention cependant, car, lors de cette manipulation, d’autres larves (ou asticots) que celles de la grosse altise, peuvent être mises en évidence. Pour faire un bon diagnostic, il ne faut pas confondre les différentes larves !

Nos premières observations de dispositifs Berlèse montrent la présence d’asticots de diptères (mouches diverses) et des premières larves de grosses altises.

Bien distinguer le type de larves

Larves d'insectes visibles dans les colzasLarves d'insectes visibles dans les colzas. (©Terres Inovia)

Une observation attentive à la loupe des larves permet de facilement identifier les deux principales larves visibles actuellement. Les larves de grosses altises ont trois paires de pattes et ont les deux extrémités colorées. Les diptères sont des asticots sans pattes.

Larves de grosse altise et de diptère.Larves de grosse altise et de diptère. (©Terres Inovia)

Astuce : n’oubliez pas de couper les racines des pieds de colzas pour faire vos berlèses, vous limiterez ainsi la présence des larves autres que celles de la grosse altise, comme celle de la mouche du chou par exemple. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média