Politique agricole Agriculture Stratégies suggère d’organiser un « G20 agricole » en 2019

Terre-net Média

Agriculture Stratégies a appelé, mercredi 27 juin, à l’organisation d’une « ministérielle agricole » lors du G20 en 2019. Huit ans après le premier G20 agricole, il s’agit, pour le think tank, « d’établir les raisons de la malfaçon des règles de l’OMC en matière agricole ».

En juin 2011, la France, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avait organisé le premier G20 agricole à Paris.En juin 2011, la France, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avait organisé le premier G20 agricole à Paris. (©Terre-net Média)

Pour le think tank Agriculture Stratégies, une sortie de crise du multilatéralisme nécessitera de « considérer les enjeux agricoles et alimentaires ». Le constat est clair selon l’organisation : « considérer qu’une mondialisation non régulée est forcément bonne et qu’une main invisible règle tout, est faux ».

En effet, dans son discours à l’OCDE le 30 mai, le président Macron propose un diagnostic et une ambition à même de refonder le multilatéralisme. Il en appelle ainsi à « une mise à jour complète des règles qui structurent la concurrence internationale » sur la base d’une « négociation intégrant au départ les Etats-Unis, l’Union européenne, la Chine et le Japon [..] étendue […] aux pays du G20 et de l’OCDE ».

Huit années après le G20 agricole de 2011, « alors même que le cycle de Doha bute depuis plus de 10 ans sur les questions agricoles et alimentaires », Agriculture Stratégies considère que la France doit organiser, en 2019, un nouveau G7-G20 agricole pour « établir les raisons de la malfaçon des règles de l’OMC en matière agricole ».

La France présidera le G7, qui réunit les leaders des sept pays les plus avancés, en 2019. Le sommet se tiendra à la fin de l'été à Biarritz. Agriculture Stratégies estime que ce serait l'occasion de lancer l'idée d'un G20 agricole.

« Aujourd’hui, l’Europe est la seule à continuer de se voir comme la bonne élève de l’OMC, alors que tous les pays renforcent leurs politiques agricoles pour se protéger contre des prix internationaux en dessous des coûts de production de la majeure partie des producteurs. »

« Nous sommes à la fin d’un paradigme, celui que le découplage des aides était la réponse à tout », avait expliqué Hervé Gaymard, ancien ministre de l’agriculture, et membre du comité stratégique du think tank, lors de la présentation de la proposition de la structure sur la réforme de la Pac. Sur ce sujet du découplage, pierre angulaire de la Pac, Olivier Allain, vice-président du conseil régional de Bretagne, ajoutait : « Il faut arrêter d’être naïfs, il faut redonner aux choix politiques une capacité à changer les choses ». Et Frédéric Descrozaille, député LREM, lui aussi membre du comité stratégique, de conclure : « la réforme de la Pac doit être pensée dans la perspective d’un nouveau multilatéralisme » !


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous