Céréales Les prix du blé en baisse

AFP

Les prix du blé étaient en repli mercredi à la mi-journée, possiblement affectés par une nouvelle révision à la baisse des objectifs d'exportations de blé français hors Union européenne.

Vers 14h30 (13h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé était en repli d'1 euro sur l'échéance de mars, à 159,75 euros, et de 1,25 euro sur celle de mai, à 161,75 euros, pour un volume de transactions toutefois très faible, d'environ 7 900 lots.

FranceAgriMer a, comme attendu, révisé à la baisse les objectifs d'exportations de la France vers les pays tiers, à 9 millions de tonnes (Mt) contre 9,3 Mt à la mi-janvier. Difficile, pour l'organisme public, de faire autrement, compte tenu des nombreux appels d'offres de l'Egypte, remportés ces dernières semaines par les blés en provenance de la mer Noire et notamment de Russie. La « flambée » ces dernières semaines de l'euro face au dollar semble être le principal facteur des difficultés françaises et européennes en général, selon Marc Zribi, chef de l'unité « grains et sucre » chez FranceAgriMer. Même si ces derniers jours, le phénomène s'est un peu atténué, offrant une « petite bouffée d'air » aux blés français en termes de compétitivité.

Marc Zribi a également rappelé la « présence de plus en plus affirmée de l'Argentine en Algérie », où la France est habituellement toute puissante. « L'origine française est "challengée". Même si on réalise un bon score, notre part de marché se dégrade un peu », a souligné Rémi Haquin, cultivateur et président du conseil spécialisé FranceAgriMer.

Alors que le mois dernier, une révision à la hausse des exportations de la France vers l'Union européenne avait fait mieux que compenser la révision à la baisse vers les pays tiers, la vente de blé hexagonaux vers les voisins européens a été légèrement revue à la baisse ce mois-ci, de 150 000 tonnes à 8,45 Mt. Au total, ce sont donc environ 440 000 tonnes de grains de blé tendre en moins qui pourraient trouver preneur à l'exportation pour cette campagne 2017/2018, un chiffre qui pourrait encore être revu à la baisse, selon Rémi Haquin.

D'autant plus que, comme le souligne Ludovic Pâris, délégué de FranceAgriMer pour la filière céréalière, la qualité des blés français est cette année au rendez-vous. En conséquence, le blé peut d'autant mieux se conserver et se stocker, en attendant des jours meilleurs en termes de prix. De son côté, le ministère de l'agriculture a légèrement révisé à la baisse la production de blé tendre pour 2017 en France, à 36,6 millions de tonnes contre 37 millions estimés auparavant, en conséquence d'une petite révision à la baisse des surfaces à 4,97 millions d'hectares contre 5,03.

La tonne de maïs, elle, était stable, reculant de 25 centimes d'euro sur l'échéance de mars, à 154,50 euros, tout comme sur celle de juin à 161,25 euros, pour 550 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous