Engrais naturel d'insectes Autorisation de mise sur le marché obtenue pour ŸnFrass

Terre-net Média

Ÿnsect a obtenu l’autorisation de l'Anses de mise en marché de son engrais naturel d’insecte ŸnFrass, conçu à base de déjections (ou "frass") de Tenebrio Molitor, espèce de vers élevée et nourri avec des co-produits céréaliers au sein de la Fermilière Ÿnsect de Dole. « ŸnFrass est le fruit de quatre années de recherches en partenariat avec plusieurs instituts et est utilisable en agriculture biologique conformément au règlement n°384/2007 », précise l'entreprise.

« Nous sommes particulièrement fiers d’être le premier acteur au niveau mondial à obtenir une homologation de mise sur le marché pour ce type de produit », déclare Antoine Hubert, Président d’Ÿnsect. « Depuis la mise en service de notre unité de démonstration Ÿnsite il y a quatre ans, Ÿnsect a cherché à valoriser les co-produits de la production de protéines issus de Molitor, en particulier les déjections des insectes appelées "frass". La valorisation des produits ŸnFrass par Ÿnsect s'inscrit dans une optique de "zéro déchet" et d’économie circulaire : Ÿnsect a ainsi à cœur de devenir un partenaire local pour les agriculteurs, maraîchers, viticulteurs et amateurs de jardinerie en proposant des engrais naturels performants, pour boucler le cycle des nutriments, que ce soit dans le Jura avec Ÿnsite ou dans la Somme avec la première unité Ÿnfarm à venir », ajoute Antoine Hubert.

Selon l'entreprise, « ŸnFrass présente plusieurs avantages » :

  • il est « équilibré en azote, phosphore et potassium (NPK = 4-3-2) pour une nutrition optimale des plantes »
  • sa « teneur en matière organique de 85 % est adaptée à l’entretien ou à l’amélioration des propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol »
  • « produit sec (90% de matière sèche), inodore et facilement transportable, il se présente sous forme de granulés ».

L'engrais est utilisable sur blé, colza et maïs. Des tests ont montré également un intérêt pour les cultures maraîchères, la vigne et les plantes ornementales. Quatre années de recherche en partenariat avec plusieurs instituts1 ont permis de mettre en avant « une augmentation de la biomasse et du rendement sur l’ensemble des cultures testées comparé à l’apport d’engrais 100 % chimique et une  amélioration  des propriétés biologiques des sols. Mesurée en serre, l’activité microbienne augmente fortement en présence d’ŸnFrass (+ 180 % sur un sol limo-argileux et + 250 % sur un luvisol) par rapport à un sol fertilisé avec un engrais minéral. ŸnFrass participe ainsi à la minéralisation de la matière organique et améliore la texture du sol », indique l'entreprise. 

Selon David Houben, chercheur et auteur de deux articles consacrés à ŸnFrass dans la revue internationale Scientific Reports, « la teneur élevée en nutriments et en matière organique d'ŸnFrass ainsi que ses caractéristiques physico-chimiques lui permettent d’être aussi performant que les engrais minéraux en matière de nutrition des plantes et de production de biomasse. Le phosphore (élément essentiel au développement des plantes) présent dans ŸnFrass étant peu soluble, les risques de pertes ou d’immobilisation dans les sols sont limités, ce qui garantit la disponibilité du nutriment pour la plante tout au long de sa croissance. Plus important encore, l’application d’ŸnFrass peut augmenter l'activité et la diversité métabolique microbienne, ce qui suggère un meilleur fonctionnement du sol, en particulier lorsque ŸnFrass est combinée à un engrais minéral. Nos résultats suggèrent donc qu’Ÿnfrass constitue une alternative durable très prometteuse aux engrais minéraux conventionnels. »
 

1 : Rittmo, centre recherche & développement pour les matières fertilisantes et la qualité des agrosystèmes ; Institut polytechnique UniLaSalle ; projet Vitinnov adossé à Bordeaux Sciences Agro.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous