Paroles de lecteurs - 44 % en 2019 de ventes phytos produit une explosion de réactions

Terre-net Média

Les lecteurs de Terre-net auraient aimé être félicités pour la forte baisse des achats de phytosanitaires en 2019. Mais cette info n'a même pas été diffusée dans les médias grand public. Certains appellent à relativiser ce chiffre en raison d'une anticipation des approvisionnements en 2018 pour échapper à la hausse des taxes l'année suivante, d'autres à cause des fluctuations d'utilisation liées au climat. Mais la plupart insistent : « Les agriculteurs appliquent ces produits avec professionnalisme ».

paroles de lecteurs traitements phytos« Le plus important, c'est que la baisse d'utilisation des phytos soit constante et continue sur plusieurs années », estime The germs. (©Terre-net Média)

« Pour des remerciements, on peut se brosser ! » 

The germs « attend les remerciements et acclamations de ceux qui, il n'y a pas encore très longtemps, nous insultaient pour cause d'utilisation "massive" de chimie... » « Je sais, on peut toujours rêver ! », lance-t-il. Il poursuit : « Plus sérieusement, ces chiffres ne veulent rien dire, tout comme ceux de 2018 ne voulaient rien. Le plus important, c'est que la baisse d'utilisation des phytos soit constante et continue sur plusieurs années, et surtout que les agriculteurs s'y retrouvent à la fin. »

Extraits des commentaires de l'article : Produits phytos − 44 % de pesticides vendus en 2019

Pour franck53 : «  Ça ne sera jamais assez pour Macron et ses amis écologistes. »

« Passé sous silence dans les médias grand public »

« Comme par hasard, les journaux grand public ne diffusent pas cette info !!!, fait remarquer aranaud2. C'est vrai, il vaut mieux faire passer des intox pour apeurer la population !! »

The germs a fait « le même constat : trouver ce chiffre ailleurs que sur Terre-net relève du défi ! » « Elle est passée sous silence exprès. Une preuve, s'il en fallait une, que les médias cherchent surtout à faire du fric plutôt qu'à informer ! Pour un édito nous remerciant d'avoir diminuer l'usage des phytosanitaires, on peut se brosser !! »

Maxens insiste : « Et quand il augmente en raison des mauvaises conditions météo, on ne se prive pas de nous taxer de "méchants pollueurs". Certes la baisse de consommation de phytos ne calmera pas les écolos mais elle démontre les efforts des agriculteurs. Dommage que dans ce sens, aucun journal, chaîne radio ou télé, n'en parle... »

Pipo s'étonne : « Enfin mes chers collègues, vous n'êtes pas naïfs à ce point là ?! Le lobby écolo-bobo est éminemment plus puissant et offensif que les syndicats agricoles, incapables de défendre les agriculteurs ! (...) Inutile d'espérer communiquer autrement ! (...) On ne peut pas lutter contre cette désinformation. »

Le lobby écolo-bobo est éminemment puissant et offensif...

Des achats anticipés avant la hausse des taxes

gg1969 pense que les agriculteurs ont utilisé moins de produits phytos en 2019 à cause de « l'augmentation des taxes à partir du 1er janvier ». « Les commandes ont donc été passées en 2018, la consommation de phytosanitaires devrait à nouveau augmenter en 2020. »

gibero est du même avis : « Bon nombre d'entre nous avait en effet anticipé cette hausse des tarifs suite à la RPD, en achetant leurs produits avant le 31 décembre 2018 pour s'en servir en 2019. Il est donc logique que les achats de 2019 aient baissé. Donc les pourcentages de + 18 % en 2018 et de - 44 % en 2019 ne veulent rien dire. »

Facile de consommer moins de phytos quand les cultures ne sont pas malades !

Reg ajoute : « Facile aussi de consommer moins de pesticides quand les cultures sont peu ou pas malades comme en 2019. En 2020 en revanche, les maladies de toutes sortes et les traitements phytos explosent ! »

« Si pas utile, les phytos restent dans le local »

Détritus estime, au contraire, que « ces chiffres sont probablement justes ». « Car les agris qui emploient ces produits le font avec professionnalisme, souligne-t-il. Quand les cultures en ont besoin, ils en mettent quand c’est inutile, ils ne traitent pas. Ce qui explique les variations de consommation. Bah ouais, les agriculteurs ne sont pas des beubeus. Ils réfléchissent un peu. Ils n’ont aucun intérêt à polluer les terres qu’ils ont reçues de leurs parents et de leurs grands-parents, et qu’ils vont transmettre à leurs enfants. Pas plus qu'ils n'ont intérêt à altérer la nourriture qu’ils produisent. Ils ont un peu de bon sens paysan, vous savez !!! N’en doutez pas et arrêtez d'écouter les bêtises que les médias vous racontent et qui vous font dire et faire n’importe quoi !!! »

Le bon sens paysan, vous connaissez ?

« Comme de nombreux agriculteurs », Maxens « achète ses phytos très en amont des traitements, au tarif morte-saison, mais avec tous les conseillers et OAD à sa disposition », il « n'applique que les quantités nécessaires ». « Si les cultures n'en ont pas besoin, les produits restent dans le local phyto... et dans ma valorisation de stock. Autant éviter tout travail inutile ! Le seul problème : la rapidité avec laquelle certaines substances actives sont retirées du marché, qui oblige parfois à sortir l'artillerie lourde quand des armes légères suffiraient. En plus, les pouvoirs publics sont incapables de comprendre qu'il faut laisser le temps d'écouler les stocks avant d'interdire un produit. »

« Comme quoi la décision de dissocier le conseil et la vente porte ses fruits (...) », constate Romain95.

hub enchaîne : « À ce rythme-là, l'objectif de l'UE − réduire de 50 % l'usage des pesticides en agriculture − sera atteint avant 2030. Comme quoi c'est possible... »

Quelques sceptiques face à cette forte baisse

santé se réjouit : « À force de mettre en avant la dangerosité des pesticides, ça finit par rentrer dans la cervelle de l'utilisateur (...) ! Une prise de conscience des céréaliers commencerait-elle à émerger ? »

Romain95 reconnaît les efforts des agriculteurs mais... : « L'objectif n'est pas forcément de supprimer tous les produits mais de diminuer leur utilisation de moitié. Je pense que de nombreux agriculteurs font des efforts mais que certains n'ont rien changé à la recette du gâteau... Toutefois, les consommateurs doivent aussi en faire en achetant un peu plus cher des produits locaux ou français. Tout comme les responsables politiques en assumant, par exemple, que le glyphosate permet de baisser les coûts de production tout en produisant de la qualité. On est cependant encore très loin de ce qui était demandé dans le premier plan écophyto : baisser leur emploi de 50 % entre 2008 et 2018. Selon moi, c'est faire un gros raccourci que de dire que les exploitants agricoles emploient moins de phytos, la consommation est tout simplement stable, les faibles fluctuations d'une année sur l'autre étant principalement liées au climat. »

Et sur Facebook :

post facebook baisse de 44 % des ventes de produits phytos en 2019 (©Page Facebook de Terre-net)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous