Agriculture de précision Benoît Kennel, un des pionniers de la modulation intra-parcellaire dans l'Est

Terre-net Média

Observant des grandes disparités de rendement dans une même parcelle, Benoît Kennel s'est dirigé vers l'agriculture de précision dès 2012 afin de mieux appréhender cette variabilité intra-parcellaire. Aujourd'hui, il est l'un des ambassadeurs de l'agriculture de précision dans l'est de la France.

Guillaume Canard (à gauche) et Benoît Kennel à droiteGuillaume Canard (à gauche), animateur be Api pour la région Est, et Benoît Kennel (à droite), agriculteur en Moselle. (©Terre-net Média)  Dans une même parcelle, Benoît Kennel, agriculteur à Buhl-Lorraine en Moselle, a déjà observé des rendements « qui pouvaient aller de 40 à 110 q/ha ». Afin d'appréhender cette variabilité intra-parcellaire, il se lance alors dans l'agriculture de précision en 2012. L'objectif : « apporter les nutriments en fonction de ce que le sol est capable de me donner pour avoir moins de pertes et plus d’efficience », explique l'agriculteur. « La mise en place de l'agriculture de précision ne nécessite pas obligatoirement le renouvellement du matériel. [...] J'ai commencé à moduler mes apports d'engrais manuellement », précise Benoît Kennel.

Le Gaec de Mouckenhoff en quelques mots
  • Reprise de l'exploitation par Benoît Kennel en 1998
  • SAU : 315 ha
  • Assolement : blé, colza, orge, tournesol, féverole, maïs grain et trèfle de semences

Les derniers prélèvements réalisés montrent « une amélioration de l'homogénéisation des terres, on voit qu'on va dans le bon sens ». Avec cette démarche, l'agriculteur entend ainsi « pérenniser son exploitation pour transmettre aux générations futures un capital sol durable ». Comme disait Antoine de Saint-Exupéry, « nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants ».

Benoît Kennel, ambassadeur de l'agriculture de précision

Avec son expérience, le Gaec de Mouckenhoff est devenu une «  ferme Api ». Benoît Kennel a reçu l'insigne par le maire de son village, Franck Klein, lors de la conférence de presse be Api, organisée le 17 septembre à Buhl-Lorraine. L'objectif de ces "fermes Api" est double : « être un laboratoire pour tester de nouvelles techniques et offres et aussi servir de vitrine pour accueillir les techniciens et les agriculteurs afin partager ses expériences en agriculture de précision », explique Thierry Darbin, directeur de be Api. C'est « important aussi de montrer aux citoyens ce que l'on fait et de communiquer sur nos pratiques », précise Benoît Kennel.

Benoît Kennel (à gauche) et le maire de Buhl-Lorraine, Franck KleinBenoît Kennel (à gauche) et le maire de Buhl-Lorraine, Franck Klein. (©Terre-net Média)

Lors de cette conférence de presse, Benoît Kennel a d'ailleurs accueilli des experts des marques Kuhn et Horsch pour une démonstration de modulation de densité de semis de blé, avec les semoirs Aurock et Avatar. À partir du diagnostic et de la carte de potentiel établie d'une parcelle, « la coopérative, grâce à son savoir-faire et son expertise locale, délivre une carte de conseil de densité de semis par zone », explique Guillaume Canard, animateur be Api pour la région Est. Ensuite, l'agriculteur n'a plus qu'à télécharger le fichier de modulation et le semoir s'occupe du reste. « Aujourd'hui, ce qui nous limite pour la modulation de densité de semis, c'est plus l'expérience que le matériel », ajoute Benoît Kennel.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous