; Evaluer la structure du sol dans le précédent du colza

L'actu de Terres Inovia Colza 2022-2023 : évaluer la structure du sol dans le précédent sans attendre

Terre-net Média

Pour obtenir un colza "robuste" en mesure de supporter la pression des bioagresseurs, insectes d’automne en particulier, les aléas climatiques et d’exprimer son plein potentiel en minimisant le nombre d’interventions à réaliser, l'implantation est bien l'étape clé : tout démarre avec la gestion de l’interculture et la préparation du lit de semences, rappelle Terres Inovia.

Précédent colzaAu mois de mai, les cultures d’hiver sont toujours en place, pourtant c’est maintenant que la nouvelle campagne de colza démarre avec un diagnostic de l'état structural du sol. (©Terres Inovia)

Un enjeu de taille pour le colza 

  • Obtenir un sol meuble, sans zone de tassement sur au moins les 20 premiers centimètres et être prêt à semer tôt 
  • Obtenir un lit de semence avec en surface d’un mélange de terre fine et petites mottes pour assurer des conditions optimales de germination en limitant les risques de battance ;
  • Maintenir au maximum l'humidité du sol.

Le test bêche : outil de diagnostic pour décider le type de travail du sol à réaliser

Au mois de mai, les cultures d’hiver sont toujours en place, pourtant c’est maintenant que la nouvelle campagne de colza démarre avec un diagnostic de l'état structural du sol. Cette démarche déterminera la stratégie de gestion de l’interculture et la préparation du lit de semences.

Un test bêche dans le précédent permettra de repérer d’éventuels accidents structuraux, déterminer à quelle profondeur ils surviennent, et sur quel(s) secteur(s) de la parcelle ils sont localisés. Il convient donc de répéter 2 à 3 fois l’opération, sur les zones représentatives de la parcelle.

  • Ce bloc peut apparaître continu sans présence de terre fine, il peut se désagréger en grosses mottes, ou encore se décomposer en petites mottes et terre fine.
  • Cette première étape est obligatoirement complétée par l’observation de la structure interne des mottes contenues dans le bloc. Celles-ci peuvent être de trois types : tassées, tassées et fissurées, ou poreuses.

Le croisement des 2 informations, état du bloc et état interne des mottes, permet de déterminer une profondeur de travail du sol à mettre en œuvre pour préparer le colza. Lire le 1er diagnostic dans le tableau de détermination ci-dessous : 

Tableau prise de décision(©Terres Inovia) 

Choix des outils, nombre de passages : une stratégie dictée par la parcelle

L’articulation des critères cités précédemment offre plusieurs possibilités de gestion de l’interculture décrites dans les  arbres de décisions ci-dessous (pour les sols à comportement argileux, pour les autres types de sols).
La stratégie de travail du sol définie dans un premier temps, devra être ajustée au scénario climatique de l’année. Une récolte en conditions humides, par exemple, peut amener à revoir ses plans.

La préparation du sol commence dès la récolte du précédent

Pour bénéficier des meilleures conditions, privilégier les passages les plus proches possibles de la récolte du précédent. Dans tous les cas, éviter au maximum les interventions répétées et en particulier dans les 15 jours avant le semis. Si une dernière intervention s’impose celle-ci doit être la plus superficielle et la plus proche possible du semis.

Retrouvez plus d'infos dans la vidéo ci-dessous (cliquez sur le curseur pour lancer la lecture) :


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média