; Le tournesol et ses atouts en tant que précédent

L'actu de Terres Inovia Tournesol : impact de la fertilisation N sur ses performances et le blé qui suit

Terre-net Média

Pour Terres Inovia, le tournesol peut être une bonne opportunité pour limiter le recours aux engrais azotés de synthèse. L'institut technique revient sur les atouts de la culture et son effet précédent.

Fertilisation azotée au semis de tournesolLes apports d'azote sur tournesol vont de l’impasse à quelques dizaines d’unités apportées au semis ou en végétation du stade 6 à 14 feuilles. (©Laurent Jung/Terres Inovia)

Effet précédent du tournesol sous-évalué

En 2020, une enquête de Terres Inovia sur le tournesol a été réalisée à l’échelle nationale, et a permis de connaître la perception de cette culture par les agriculteurs. À partir de 47 enquêtes concernant les régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est, parmi les 295 réponses au niveau national, une synthèse régionale a été réalisée. Dans cette synthèse Nord-Est, la perception du tournesol comme bon précédent arrive en avant dernière position. C’est une spécificité de la région puisque nationalement, ce critère est cité en 3e position. Le tournesol est considéré par de nombreux producteurs de la zone Nord-Est comme un mauvais précédent au blé car épuisant les réserves du sol en azote.

Perception du tournesol en zone Nord et EstPerception du tournesol en zone Nord et Est (©Terres Inovia)

Si nous nous intéressons à la synthèse des pratiques culturales réalisée par Végellia, réseau Aubois de Références Agricoles, sur les 10 dernières campagnes, nous constatons que le tournesol est un meilleur précédent que les céréales à paille et le maïs. Il est proche du colza. Cependant, il est bien sûr moins bon que des précédents tels que les protéagineux ou le chanvre. Ces résultats peuvent confirmer en partie la perception des agriculteurs. Cependant, elle permet aussi de relativiser la qualité du précédent tournesol par rapport aux autres cultures.

Besoin azoté unitaire modéré du tournesol

Pour produire 30 quintaux de graines à l’hectare, il ne lui faut que 135 unités d’azote. La fourniture du sol et le reliquat sortie hiver fournissent une grande partie de ces besoins totaux. En effet, le tournesol peut s’enraciner profondément si les conditions de croissance et la profondeur du sol le permettent et puiser une grande partie de l’azote disponible dans le sol lors de son cycle. Les apports en végétation vont donc de l’impasse à quelques dizaines d’unités apportées au semis ou en végétation du stade 6 à 14 feuilles.

Pas de différence sur les blés qui ont suivi les différentes fertilisations du tournesol

À partir de 2020, une expérimentation a été mise en place sur 3 sites, 1 près de Nancy et 2 près de Dijon pour valider l’hypothèse que la culture du tournesol n’a pas d’effet pénalisant vis-à-vis de l’azote sur le blé tendre suivant (dans le cas où les fertilisations azotées du tournesol et du blé tendre suivant sont adaptées aux besoins de chacune de ces deux cultures). Pour cette 1ère série d’essais, l’impasse de fertilisation azotée du tournesol n’a pas eu d’impact sur son rendement comparé à un apport de 60 unités d’azote. Ces résultats étaient en cohérence avec les bons niveaux de reliquat mesuré dans les parcelles pour les essais de Dijon. Pour la parcelle de Nancy, la sécheresse a limité le rendement et le besoin en azote.. De nouveaux essais en 2022 et 2023 viendront renforcer ces premiers résultats.

Le tournesol peut être une opportunité pour limiter le recours aux engrais azotés de synthèse

Le tournesol présente aussi des nombreux intérêts dans une rotation et en tant que précédent du blé. En effet, il facilite la gestion de l’enherbement avec une possibilité d’alternance des matières actives et par sa date de semis tardive au printemps. Il permet une coupure des cycles des maladies céréalières. En cas de récolte précoce, il laisse une bonne structure qui facilite des implantations simplifiées du blé.
De plus, dans un contexte d’augmentation du prix de l’azote comme cette année, le tournesol peut être une bonne opportunité pour limiter le recours aux engrais azotés de synthèse et décaler leurs utilisations dans l’année.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média