L'actu de Terres Inovia Les pois et lentilles souffrent aussi de l'arrivée précoce des pucerons verts

Terre-net Média

Véritable problématique pour les betteraves cette campagne, les pois et lentilles souffrent également de l'arrivée précoce et exceptionnelle des pucerons.

Pucerons verts sur pois et lentillesL'arrivée des pucerons verts est particulièrement précoce et exceptionnelle cette campagne. (©Terres Inovia)

L’autorisation récente de Mavrik Jet, utilisable en floraison et en production d’exsudats en dehors de la présence des abeilles est plus efficace que les pyréthrinoïdes seuls et permet de disposer d’un délai supplémentaire pour voir si le climat ou les auxiliaires maintiennent les pucerons verts en deçà du seuil en floraison des pois. Mais le puceron vert du pois (Acyrthosiphon pisum) n'est pas resté confiné jusqu'à la floraison. Observé généralement en mai, il a profité des conditions sèches et chaudes pour se porter dès le mois d'avril sur les pois protéagineux d’hiver et de printemps. Cette arrivée précoce est exceptionnelle, notamment sur des pois de printemps qui, parfois semés tardivement, ne sont qu'à 2-3 feuilles dans certains secteurs.

Le puceron peut provoquer des dégâts directs en piquant le végétal pour se nourrir de sève. Il est également vecteur de viroses. Si les pois « végètent », ils sont plus sensibles et un traitement peut s’envisager d’autant plus que les pucerons se développent plus vite en conditions chaudes.

Quand envisager une intervention sur pois ?

Pour le pois de printemps, il n’existe pas de seuil pour cette infestation très précoce, situation aggravée par des conditions peu poussantes. Face à ce double risque (dégâts directs et viroses), il peut être nécessaire d'envisager une intervention. Plusieurs points à vérifier au préalable :

  • Le stade et les conditions de croissance : un pois peu développé et peu poussant est plus sensible
  • La présence de dégâts de sitones et l’ampleur des dégâts. Vérifier si le seuil des 5-10 encoches sur les dernières feuilles émises est atteint avant le stade 5-6 feuilles du pois
  • La présence effective des pucerons et leur évolution
  • La présence d'auxiliaires prédateurs des pucerons comme les coccinelles, chrysopes...

En cas de risque sitones et présence de pucerons, choisir un pyréthrinoïde autorisé pucerons et sitones. Les pucerons pouvant être cachés sous les feuilles ou dans les boutons terminaux, observer au bout de quelques jours l’efficacité du traitement. Un renouvellement d’application spécifique pucerons n’est pas à exclure (cas des fortes attaques par exemple). Dans ce cas, intervenir avec Karaté K 1.25 l/ha qui aura également une action vapeur tant qu’il n’y a pas de floraison. Si seul le risque puceron est à prendre en compte et que les pois sont encore à des stades jeunes (phase végétative avant floraison), alors privilégier Karaté K car avec les pyréthrinoïdes seuls, une réintervention est probable.

Dès l’apparition des fleurs, c’est la stratégie habituelle qui s’applique : si le seuil de 20 à 30 pucerons par plante est dépassé et les auxiliaires absents, intervenir avec Mavrik Jet 2.4 l/ha, seule solution utilisable et efficace en floraison en cas de forte pression.

Conseils d'interventionConseils d'intervention.(©Terres Inovia)

Pour rappel, avant chaque intervention visant les pucerons, bien évaluer la présence des auxiliaires.

Et sur lentilles ?

Les lentilles font face également à l'arrivée précoce et exceptionnelle des pucerons verts, plutôt observés en mai-juin sur des cultures en floraison. De plus dans certaines régions, les conditions sèches ne sont pas favorables à la croissance des lentilles. Le puceron vert va piquer le végétal pour se nourrir de sève. Si les lentilles « végètent », elles sont plus sensibles et peuvent même disparaître si la pression est très forte. Un traitement peut s’envisager d’autant plus que les pucerons se développent plus vite en conditions chaudes.

Les solutions autorisés sur pucerons de la lentille (usage légumineuses potagères sèches traitement des parties aériennes pucerons) sont : Cythrine Max 0,05 l/ha (cypermethrine) ; Sumialpha (esfenvalérate) 0.4 l/ha et Mavrik Smart (tau-fluvalinate) 0,2 l /ha.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous