L'actu d'Arvalis Relay-cropping : comment récolter la culture d'hiver ?

Terre-net Média

Avec la technique du relay-cropping, quand la céréale d'hiver arrive à maturité, la culture d'été, elle, se trouve en pleine végétation. Il faut donc trouver des solutions pour éviter au maximum tous dégâts collatéraux.

Relay-croppingÀ la date de maturité de la céréale, la culture d’été se trouve en pleine végétation. (©Arvalis-Institut du végétal) Le relay-cropping permet de faire deux cultures en un an, comme orge/soja ou blé/sorgho, en semant la culture d’été dans la céréale et en récoltant cette dernière alors que la culture relai est encore en phase de croissance.

Quand moissonner ?

Il faut récolter dès la maturité de la culture d’hiver pour lever la concurrence au plus tôt sur la culture d’été. Ainsi, il sera possible, selon les besoins de la culture d’été, de prévoir une irrigation, un désherbage de rattrapage ou un complément de fertilisation…

Au moment de la moisson, il faudra porter une attention particulière à plusieurs niveaux :

  •  barre de coupe et hauteur de fauche,
  •  pneumatiques et limitation des écrasements,
  • gestion des résidus.

Faucher haut ou équiper la barre de coupe

Le dispositif de relay-cropping implique de récolter la culture d’hiver en évitant au maximum d’endommager la culture d’été. Cette dernière peut être taillée par la scie à sections en fonction de la hauteur de fauche, ce qui peut potentiellement altérer sa croissance. Il s’agit donc de trouver le bon compromis. Plusieurs solutions sont possibles :

  • faucher haut pour éviter de tailler la culture d’été,
  • installer des protections sur la lame de scie, en utilisant des bandes plastiques flexibles, des tuyaux PVC ou des tubes métalliques coupés longitudinalement,
  •  installer des patins Flexxifinger sur la barre de coupe. A noter que le support des patins est, à la base, un releveur d’épis.

Avantages et inconvénients de différents modes de gestion de la barre de coupe Avantages et inconvénients de différents modes de gestion de la barre de coupe (©Arvalis-Institut du végétal)

Limiter l’écrasement des rangs

Par analogie à l’opération de semis, il faut éviter au maximum d’écraser la culture d’été avec les roues de la moissonneuse-batteuse. La connaissance des largeurs de pneumatiques et voies avant le semis de la céréale est donc primordiale. Le dispositif de semis ayant été décidé dès l’automne, on ne peut plus faire grand chose le jour de la récolte.

Le Magneraud 2018 : les rangs extérieurs écrasés lors de la récolte sont pénalisés en croissance par la suite.Le Magneraud 2018 : les rangs extérieurs écrasés lors de la récolte sont pénalisés en croissance par la suite. (©Arvalis-Institut du végétal)

L’idéal serait d’équiper la moissonneuse de roues jumelées qui n’écraseraient pas les rangs. Il est également possible de ne pas semer de culture d’été sur les futurs passages de roues de la moissonneuse, mais son rendement s’en trouvera pénalisé.

À noter que certains pourraient être tenté de récolter à la perpendiculaire pour limiter les écrasements. Cela n’empêchera pas les interrogations précédentes par rapport à la coupe, mais cette stratégie interdira une quelconque utilisation d’équipements de protection de coupe. Sans compter que l’alimentation par à-coups de la moissonneuse, la non stabilité de la coupe et le confort de conduite peuvent être rédhibitoires.

Privilégier le broyage des pailles

Limiter le trafic dans les parcelles est une des façons les plus simples de limiter les pertes par écrasement. Face à cette logique implacable, il paraît judicieux de ne pas récolter les pailles (qui requiert le passage d’une presse puis d’un plateaux avec un chargeur télescopique).


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous