[L'info marché du jour] Récoltes 2021 Plus de 80 Mt de blé en Russie, record de 381 Mt de maïs aux US ?

Terre-net Média

Sur la collecte prévisionnelle mondiale record de blé pour 2021, à 789 Mt, annoncée en fin de semaine dernière, la Russie en récolterait plus de 80 Mt. En maïs, la moisson américaine atteindrait le record de 381 Mt. [Article mis à jour les 19 et 20/05/21]

moisson de ble SovEcon a relevé ses prévisions de production de blé de 1 Mt, à 81,7 Mt. (©Terre-net Média)

Selon le dernier rapport de l'USDA publié la semaine passée, les Américains atteindraient quasiment le niveau pléthorique de 2016 pour la récolte de maïs en 2021 : 381 Mt, ce qui représente 20 Mt de plus que l'an passé ! La production ukrainienne serait également très élevée, à 37,5 Mt, contre 30 Mt cette année. Un chiffre qui « contrasterait fortement avec ces derniers mois, où le manque de disponibilités en mer Noire a grandement participé à la tension du marché communautaire », estime Marius Garrigue sur Terre-net.fr

En blé, l'Argentine collecterait un volume record, la Bourse de commerce de Rosario ayant relevé ses estimations de 20 Mt. Le Coceral a par ailleurs réhaussé de 3 Mt son estimation de collecte européenne de blé à 131 Mt, contre 119 Mt la campagne dernière. En France en particulier, 36 Mt sont escomptées !

Le niveau pléthorique de 2016 !

Autre chiffre qui a surpris bon nombre d'opérateurs : la Russie récolterait 85 Mt de blé alors que SovEcon, qui vient d'augmenter ses prévisions de 1 Mt du fait notamment de surfaces plus importantes que prévu, table plutôt sur 81,7 Mt, contre moins de 80 Mt pour d'autres analystes locaux. « Le bassin mer Noire connaît des conditions climatiques idéales avec des pluies qui arrivent à point nommé », fait remarquer Marius pour expliquer l'augmentation des perspectives de production.

Améliorations météo dans toutes les zones de production

Même si « une bonne partie de la Russie (l’Oural et la Volga) est à son tour soumise à climat sec et chaud, qui pourrait venir entamer les rendements des variétés d’hiver et de printemps », estime pour sa part Agritel. Ces apports hydriques pourraient en outre assurer « des levées homogènes » pour les récents et futurs semis de printemps, « compensant les pertes de rendements potentielles liées au retard accumulé » dans les travaux.

Comme aux États-Unis et en mer Noire en ce moment (en particulier en Ukraine et Roumanie), les précipitations tombées depuis début mai en France ont « soulagé les cultures » et « permettent de retrouver un certain optimisme sur les récoltes à venir », appuie le cabinet spécialiste des marchés agricoles. Pour l'heure, le taux de blé "bon à très bon" reste à 79 % selon FranceAgriMer, contre 55 % l’an dernier et 75 % en moyenne quinquennale.

Retour de l'optimisme sur les moissons à venir.

Vers un record aussi en Argentine

« La situation est inchangée en orges d’hiver et en blé dur, avec respectivement 76 et 69 % de "bons à excellents", complète Agritel. Les orges de printemps progressent à 85 % (+ 3 points par rapport à S-1). » En colza, l'état des parcelles s'est amélioré en France, en Europe où la production est attendue à 16,6 Mt (en progression de 500 kt par rapport à 2020), tout comme au Canada.

« Ces excellentes projections pour 2021 en blé comme en maïs (mis à part au Brésil toujours soumis à une forte sécheresse et où la production risque d'être très en deçà des 102 Mt projetées par l'USDA), liées à une meilleure météo dans les principaux bassins de production, pèsent sur les cours de ces céréales », conclut Marius Garrigue.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous