L'info marché du jour La fièvre acheteuse de maïs chinoise ne baisse pas, l'Algérie achète du blé

Terre-net Média

Encore 1,2 Mt supplémentaires de maïs américain achetés par la Chine hier ! Et presque 4 Mt depuis le début de la semaine ! En blé, c'est le retour aux achats de l'Algérie, avec 330 kt dont une bonne partie d'origine française.

silos portuaires cereales tas de mais dans benneCes ventes ont « redonné de l’énergie à la tendance » en blé et maïs, mais de façon limitée à cause « des  améliorations météo de part et d'autre de l'Atlantique ». (©Terre-net Média)

Les ventes de maïs US continuent d'être particulièrement dynamiques, portées par la Chine ! Hier, 1,2 Mt ont été de nouveau contractualisées entre les deux pays. Soit 4 Mt quasiment sur la semaine, après les 3,75 Mt échangées en cinq séances de suite sur S-1. Et un total de 11 Mt sur la nouvelle campagne !

Lire aussi l'info marché du jour du 17/05/21 : 5 Mt de maïs US vendues à la Chine en 6 jours !

En blé, l'Algérie revient sur les marchés agricoles avec l'achat de 330 kt de qualité meunière sur la récolte à venir, pour chargement en juillet. Le prix − 295 $/t C&F − « représente une nette augmentation par rapport au premier tender algérien de l’an dernier », qui s'était conclu à 218 $/t, souligne Marius Garrigue sur Terre-net.fr. En outre, ce volume serait en majorité d'origine française. Les États-Unis ont également commercialisé 318 kt de blé ces derniers jours, dans le « haut des attentes » des opérateurs.

Les prévisions de pluie pèsent sur le blé et le canola canadien

« Malgré des nouvelles toujours rassurantes du côté de l’offre », ces transactions ont « redonné un peu d’énergie à la tendance » pour les céréales européennes, « dans le sillage de Chicago en maïs », toujours tiré à la hausse par la sécheresse au Brésil. « Ce rebond reste toutefois limité par les nettes améliorations climatiques constatées de part et d’autre de l’Atlantique. »

En particulier par les prévisions météo pluvieuses dans le nord du continent américain pour les sept prochains jours, « qui pèsent sur les cours du blé et du canola canadien » puis par ricochet sur ceux du colza. La dégradation rapide de la situation sanitaire en Inde et en Asie du Sud-Est pénalise les huiles. Ainsi, le colza, en territoire négatif, n'a réussi qu'à « se stabiliser à la clôture ». À noter : la demande de la trituration européenne demeure très forte en avril selon Fediol, à 1,6 Mt contre 1,4 Mt l’an passé à la même période.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous